Affaire des écoutes : la droite s'indigne de la condamnation de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy est condamné à trois ans de prison dont un ferme dans
le cadre de l'affaire des écoutes.

L'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, a été reconnu coupable de faits de « corruption et de trafic d'influence » et condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis. Une condamnation qui indigne les politiques de droite.

Trois ans de prison dont deux avec sursis pour les co-accusés

Nicolas Sarkozy a été condamné lundi 1er mars 2021 à trois ans de prison dont deux avec sursis dans le cadre de l'affaire des écoutes. Le jugement rendu par la 23ème chambre correctionnelle était très attendu. Nicolas Sarkozy était jugé pour avoir avec l'aide de son avocat, Thierry Herzog, échangé des informations placées sous le secret judiciaire contre un poste à Monaco avec le magistrat de la Cour de cassation Gilbert Azibert.

Les deux hommes qui comparaissaient aux côtés de l'ancien président de la République ont également été condamnés à trois ans de prison dont deux ans avec sursis. La présidente de la chambre Christine Mée qui a énoncé le verdict a estimé que les accusés « avaient parfaitement conscience du caractère frauduleux de leurs agissements ».

La condamnation de Nicolas Sarkozy provoque l'indignation de la droite

La condamnation de Nicolas Sarkozy a entraîné une vague d'indignation parmi les politiques de droite. Sur Twitter, ces derniers ont fait part de leur soutien à l'ancien président de la République estimant que la peine était disproportionnée. Christian Jacob, le patron des LR, a déclaré son « Soutien indéfectible à @NicolasSarkozy. La sévérité de la peine retenue est absolument disproportionnée et révélatrice de l'acharnement judiciaire d'une institution déjà très contestée ».

Jean Messiha, de son côté, a dénoncé la lourde peine infligée à Nicolas Sarkozy : « 3 ans de prison dont un ferme alors que rien n'est formellement prouvé contre lui. Par contre, ceux qui agressent, attaquent, blessent y compris des flics ou des élus écopent ... d'un rappel à loi avant d'être remis en liberté. Dingue. ».

De son côté, son épouse Carla Bruni dénonce « un acharnement insensé ». Nicolas Sarkozy n'a pas réagi à sa condamnation mais devrait faire appel du jugement dans les prochains jours.


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique