Couvre-feu à Paris : annoncé, puis démenti mais étudié

60 %
60% des Français approuvaient le couvre-feu lors de sa première mise
en place.

Après cinq jours d'absence, le couvre-feu devrait faire son grand retour à Paris et en Île-de-France, enfin, c'est ce que les Parisiens ont cru le temps d'une interview donnée par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à BFM.

Le grand retour du couvre-feu ?

La question était sur toutes les lèvres depuis le début du nouveau confinement vendredi 30 octobre 2020 : le confinement annule-t-il le couvre-feu ? Et bien oui, mais pour les Parisiens et l'ensemble des habitants d'Île-de-France, ce repos pourrait bien être de courte durée. Invité de BFMTV ce mardi matin 3 novembre 2020, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a en effet annoncé que le couvre-feu serait bientôt remis en place à Paris et en Île-de-France.

Ainsi, ce couvre-feu interdirait les sorties après 21h alors que l'ensemble des habitants de la région sont déjà confinés chez eux et donc censés ne pas sortir de chez eux. Gabriel Attal a donc annoncé cette nouvelle mesure : « On va réinstaurer un couvre-feu à Paris et peut-être en Île-de-France à 21h. C'est le ministre de l'Intérieur qui le précisera dans la journée, un arrêté va sortir ».

Un couvre-feu pour limiter les déplacements aux seules dérogations prévues. Gabriel Attal a rappelé ainsi quelques chiffres, sur l'ensemble du week-end de la Toussaint, « Il y a eu 100.000 contrôles, 14.000 verbalisations. Un certain nombre de verbalisations portent sur des personnes qui se déplaçaient alors qu'elles n'avaient pas à le faire, d'autres pour des lieux qui ont accueilli des personnes et ne devaient pas le faire. J'ai l'exemple d'un bar à Evry-Courcouronnes qui a accueilli des clients pour une soirée ».

Un couvre-feu pour protéger un peu plus les Français

Un couvre-feu pour limiter les sorties non-essentielles des Parisiens. Une nouvelle mesure restrictive de liberté qui ne devrait sûrement pas plaire mais que le porte-parole du gouvernement a tenté de justifier : « On met en place des mesures difficiles pour tous, et si beaucoup les respectent, c'est insupportable pour certains Français de voir que d'autres ne respectent pas les règles et d'avoir le sentiment qu'il y a une sorte de laisser-faire et donc il faut prendre toutes les mesures pour lutter contre l'épidémie et protéger les Français ». On pourrait alors se poser la question des autres villes de France, qui resteraient confinées mais non soumises à un nouveau couvre-feu. Pourraient-elles de nouveau être astreintes à un couvre-feu ? « Les préfets d'autres territoires pourront prendre cette décision s'ils jugent que la situation le nécessite », a ainsi expliqué Gabriel Attal.

Gabriel Attal est cependant allé trop vite en besogne lorsqu'il a annoncé le couvre-feu. En effet, l'information donnée par le porte-parole du gouvernement a rapidement été contredite par Matignon, selon les informations du journaliste Guillaume Daret via Twitter : « Cette décision n'est absolument pas décidée à ce stade. Le Préfet de police a évoqué cette mesure au regard de certaines situations observées en soirée à Paris (…) Cette mesure va être concertée avec la municipalité parisienne par la préfecture mais n'est pas décidée à ce stade. Une décision sera prise dans les prochains jours ».


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique