Comment croire que l'actualité stagne ?



Commentaire croire que l'actualité stagne ou ne pas traiter de l'héritage de Jojo ou du pied du colosse du PSG? Certes chaque jour apporter son lot de nouvelles pourries ou envie de l'être sur ces deux sujets qui ne passionnent que les amateurs de presse à scandale ou sportive qui voudrait l'être. Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron. Pour le gruppetto politique qui tente de suivre, il redonne aussi de la voix.

Voilà un printemps politique intéressant à suivre. Nicolas-Paul Bismuth-Sarkozy a pris la parole pour essayer de faire croire à une innocence totale dans l'ensemble des dossiers qui le concernent. Bien sûr, si je respecte le citoyen, je ne veux pas ici m? Étendre sur la défense médiatique médiocre. Il ne m intéressera pas une fois devant une cour devant laquelle il a été renvoyé. Les gesticulations sarkozistes ne méritent pas plus de traitement.

Passons au second, François Hollande. Se disputant le podium du plus mauvais communiquant de France, l'ancien président n'a pas tenu la promotion de son opus sur son quinquennat. Teaser, sauvez la date, bonnes feuilles, une vraie sortie de blockbuster pour ce livre: « Les leçons du pouvoir  ». La tournée promotionnelle du livre a suivi, avec beaucoup de piques et d'autres petites phrases. A ce propos, la maladresse hollandaise à encore frappé. Si son fils ne craignait pas de traverser, enfin, François Hollande à trois points importants et quasi risibles:

1 / Lorsque la journaliste Anne-Sophie Lapix lui demande, demandant Emmanuel Macron, « Vous auriez pu le battre? », François Hollande répond au tac au tac:« J? Aurais pu mais je ne l? Ai pas voulu . »Continuant:« Qu? Est-ce que ça aurait donné? Ce n? Est pas moi qui aurais gagné, ce n? Est pas lui qui a gagné, et aujourd'hui sur un président de la République qui mènerait une politique encore plus dure que celle qui est aujourd'hui. ».

Fantastique François Hollande pour le bon mot est offert de magnifiques trolls sur les réseaux sociaux comme: « Moi aussi contre Mike Tyson, mais je ne voulais pas! »Et j? En passe.

2 / Plus tard il m'explique sa vision de lui-même: « Aujourd'hui, je ne réponds à aucun intérêt partisan ni aucune ambition électorale. Je suis aujourd'hui un citoyen mais pas un citoyen comme les autres. Je suis un ancien président et ce livre est pour éclairer ce qu? Est la présidence de la République, dans un contexte extrême où j? Ai pris des décisions qui je crois, ont servi notre pays. »

Si je ne dénie pas l'intérêt porté par François Hollande au pays, ni le contexte difficile, difficile, économique, qu? En termes d? Attentats, il faut faire face à l? Exercice de ses fonctions? Je tiens à rappeler que si! Si, il est un citoyen comme un autre. Qu? Il fait partie de son expérience à la tête de la République, bien sûr, mais il est redevenu un citoyen comme vous et moi. Lui qui manie le verbe excelle sait plus que ce que ce type de phrases peut laisser traîner dans l'inconscient collectif!

Je me suis mis en quête de trouver un texte de latin étudié en fin de collège. Il traitait, dans mes souvenirs, un dirigeant romain qui une fois son? Uvre accomplie repartit aux champs. Je suis très heureux de rejoindre cette trace. Il s? Agit Lucius Quinctius Cincinnatus. Non que l'ensemble de sa vie fût un exemple absolu, cependant, voilà ce qu? Il était écrit de lui: « Il vainquit les ennemis, la soumission de leur chef, et le fit marcher devant son char, le jour de son triomphe. Il déposa la dictature [?] Après avoir été accueilli, et retourna cultiver son champion. »(Aurelius Victor)? Juste il y 2600 ans environ!

3 / Depuis cet interview, François Hollande a admis ne pas avoir pris sa retraite politique. Et d? Aucun pense qu? Il est encore aux manettes dans le back-office du parti socialiste; enfin 2022 n? est pas si loin, le syndrome du Sphynx guette toujours. Le système de balançoire explique cette réserve: Jacques Chirac quasiment appelé «roi fainéant» par Nicolas Sarkozy, les Français ont élu un agité. À la suite du mandat d'un jeune (comprendre: inexpérimenté?) Président, les Français se retournaient vers un «ancien et sage»?

Enfin, last but not least , Emmanuel Macron. Il a su recentrer les débats sur lui. Tout d'abord sur la matière de laïcité: « Pour nous retrouver ce soir, Monseigneur, nous avons, sans doute, vous et moi bravé, les sceptiques de chaque bord. Le sentiment que le lien entre l'Église et l'État s'est abîmé, et nous importe à moi comme à la réparation. »

Immédiatement, les réseaux sociaux s? Enflamment et dénoncent une attaque à la laïcité, via Manuel Valls ou Jean-Luc Mélenchon, qui estime que "le lien avec les églises n'a pas été abîmé" mais "rompu en 1905".

Je ne veux pas étendre sur le cas Valls, avec qui je peux être d'accord sur les dommages à la loi de 1905, mais il a fait trop souvent une arme politique pour exister. Jean-Luc Mélenchon, quand il monte au créneau, oublie que ses sbires sont assez fans de porosité sur ce sujet. Il oublie, omet les Danièle Obono, Clémentine Autain et autres pour qui «laïcité» est plus synonyme d'oppression et de connexité allègrement communautarisme et citoyenneté.

Emmanuel Macron fait face à de nouveaux mouvements sociaux. En premier lieu, la SNCF: l'ouverture à la concurrence actée avant-hier? Non, alors le statut des cheminots serait le cheval de Troie de la destruction absolue du service public. Aux organisations syndicales d'être constructives et non sur le mode d'opposition dogmatique dont le seul mais est parfois de se «refaire la cerise» médiatiquement?

Les étudiants, eux, concurrent de la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) et de Parcoursup. Le gouvernement défend sa loi en invoquant une politique d'orientation destinée à pallier les échecs en premier cycle. Faut-il rappeler que plus de 70% des entrants en facultés sortent sans diplôme? Et ce depuis près de vingt ans! Alors ce nouveau parcours est-ce la panacée? C'est clair que cela permettait aux divers gouvernements de délayer l'arrivée de nouveaux chômeurs d'une classe d'âge, à l'ANPE ou Pôle Emploi aujourd'hui, sur plusieurs saisons. Cela me rappelle furieusement la volonté de Najat Valaud-Belkacem de maltraiter ouvrir l'entrée aux maîtres à tout étudiant licencié. Certainement pas pour atteindre un nombre trop important de nouveaux sur le marché du travail en tension!

Je ne défends pas ici un système élitiste, cependant que penser d?un système qui différenciait les bacheliers des autres pour accéder à l?emploi, puis ceux qui avaient un DEUG (bac+2) des bacheliers pour accéder à de meilleurs emplois , puis plus proche de nos jours, les licenciés et détenteurs de maîtrises des autres ?.pour accéder à des postes d?encadrants, puis des bac+5 : ingénieurs et masters ?des autres pour accéder à des postes plus élevés?.Bref cette fuite en avant pour arriver aujourd?hui à des postes payés en bac+5 à peine plus parfois qu?un bac+2 ou 3.

Oui l?université doit accueillir les bacheliers? Il apparaît que pour certains, la lettre de motivation soit un frein, une sorte de marqueur social entre celles et ceux qui ont accès à l?orthographe et les pauvres autres. Mais l?université doit-elle favoriser l?avancée d?illettrés parfois jusqu?en master ?

Les facultés en grève qui ont ce jour été vidées des activistes mêlés aux étudiants, comme Tolbiac, vont peut-être retrouver le cours normal d?une fin d?année estudiantine. Au fait qui va payer les dégradations et que faisaient des cocktails molotov (même un) dans l?enceinte de la faculté ?

A propos de cocktails molotov, un autre dossier : #NDDL Mince ! Emmanuel Macron a pris une décision : recul sur l?aéroport après un enlisement de plus de 40 ans ! Les zadistes ne respectent pas leur part du contrat ? dehors et vite ! Sont-ce leur propriété ? L?appel à projet est alors un bon média, mais c?est une condition nécessaire mais pas suffisante pour ne pas accepter d?être délogé d?une emprise foncière !

Emmanuel Macron est sur tous les fronts en ce mois d?avril. Il se découvre de plusieurs fils d?ailleurs. En Syrie notamment. J?ai adoooooré les réactions politiques toutes prévisibles des politiciens français. J?ai bien écrit politiciens et non politiques français ! Je vous propose un peu d?uchronie :

Breaking News : « Emmanuel Macron n?a pas voulu participer aux frappes états-uniennes et anglaises en Syrie, pour faire suite aux attaques du gouvernement local contre son peuple usant de gaz : chlore pour se faire »

Voici de gauche à droite les réactions auxquelles nous aurions eu droit :

Le FN, par Marine Le Pen, réagit : « Je salue le courage de la France de ne pas avoir envenimé le processus entamé avec Vladimir Poutine et cédé aux injonctions guerrières qui n?auraient pas servi notre Nation »

Laurent Wauquiez, Les Républicains, se souvenant du gaullisme, entre son passé centriste et ses aspirations droitières extrêmes, réagit « Le président Macron a manqué l?opportunité de redonner force et puissance à notre pays à travers cette frappe ciblée. Par ailleurs c?est faire fi de l?amitié née des deux guerres mondiales qui nous unit notre pays aux Etats-Unis? »

Le parti socialiste, par l?intermédiaire de son porte-parole, sur France3 région, réagit : « Emmanuel Macron a encore manqué de respect à François Hollande qui pendant son quinquennat n?a eu de cesse de vouloir déchoir Bachar el-Assad »

Les Insoumis, enfin Jean-Luc Mélenchon, réagit: « comme « Le Média », c'est -à-dire le« nous ne souscrivons pas à la doxa journalistique occidentale sur la Syrie ». Cependant, La France par son inaction disparaît peu à peu de la scène internationale. Preuve en est l'Europe est représentée par le Royaume-Unis. Emmanuel Macron est le symbole de la déchéance de la République. Rien n'est fait même à l'ONU? »

Reprenez donc le vrai cours de l'histoire et par simple symétrie rhétorique, vous devenerez les discours que ces «charmants» «Fiers du peuple» en tous genres nous avons distillé.

Pathétiques plus que pragmatiques!


Philippe Bapt

Engagé socialement dès mon adolescence, la politique est un sujet important pour moi. A 16 ans j'ai reçu le 1er prix départemental (31) du civisme pour la jeunesse (remis par l'ordre national du mérite section 31), je participe à la vie de mutuelle étudiante et de centre socio-culturel. Je suis élu local de 2008 à 2014 en première couronne de la ville rose, administrateur d'un théâtre / espace culturel. Parallèlement, je préside un club de rugby, dans lequel j'ai terminé ma carrière, en centre-ville de Toulouse de 2010 à 2015. Je débute en tant qu' éditorialiste politique hebdomadaire dans le Journal Toulousain en 2014 puis dans le média PoliticRégion en 2016.

Profil: chargé de communication spécialisé digital et événementiel.