Les animaux de cirque et la médiation biélorusse. Le 18h du 29 septembre 2020 de PolitiqueMatin.fr

8 MILLIONS €
Le gouvernement a prévu une enveloppe de 8 millions d'euros pour la
transition des cirques.

Les animaux de cirque et la médiation biélorusse. Retour sur l'actualité politique du mardi 29 septembre 2020.

Barbara Pompili annonce la fin progressive des animaux sauvages dans les cirques itinérants

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé plusieurs mesures visant à l'amélioration du « bien-être de la faune sauvage captive ». Les annonces faites mardi 29 septembre 2020, incluent plusieurs volets. La fin progressive des animaux sauvages dans les cirques itinérants, qui s'accompagnera d'une aide globale de l'État de 8 millions d'euros pour les cirques mais aussi les delphinarium. « On leur demande de se réinventer, ça va être une période où ils vont avoir besoin de soutien, l'État va être à leurs côtés », explique la ministre.

Autre mesure avancée, la fin d'ici cinq ans de la présence d'élevage de fourrure sur le sol français, notamment celui des visons d'Amérique. Plus aucun delphinarium ne pourra être créé et la détention ou la procréation de nouveaux dauphins ou orques est à présent interdite.

Emmanuel Macron promet son aide à la cheffe de l'opposition biélorusse

Lors d'une réunion avec Svetlana Tikhanovskaïa, leader de l'opposition biélorusse, mardi 29 septembre 2020, Emmanuel Macron a promis son aide. « Nous ferons de notre mieux en tant qu'Européens pour aider à la médiation ». La Biélorussie traverse une crise depuis l'élection du 9 août 2020 et l'élection contestée d'Alexandre Loukachenko.

Emmanuel Macron entend « revenir à la médiation de l'OSCE afin de progresser » et a demandé son appui au président russe Vladimir Poutine. Par le biais de l'agence officielle Belta, Alexandre Loukachenko s'est moquée de la démarche du président français et de sa logique. « En suivant cette logique, il aurait dû démissionner il y a deux ans à cause des Gilets jaunes (…) Les Gilets jaunes sont encore dans les rues, mais M. Macron est étonnamment encore au pouvoir ».