Ciotti, Zemmour, Le Pen dans un bateau

25,59 %
Eric Ciotti a recueilli 25,59% des voix lors du premier tour de la
primaire Les Républicains.

Au-delà de leurs nombreuses et réelles divergences, le candidat arrivé en tête de la primaire de LR, l’ancien journaliste frais émoulu candidat à la présidentielle, et la serial-candidate de la droite nationale, sont clairement embarqués dans le même bateau. Mais s’agit-il du radeau de la Méduse, du Titanic, ou encore du France ? 

Très clairement, la réponse leur appartient. Le message envoyé par les adhérents de LR à l’issue du premier tour de scrutin est d’une limpidité absolue. Vu les forces et les égos en présence, il est fort probable que le résultat eut été le même, si le champion de la droite avait dû être désigné au premier tour. Et nonobstant les logiques d’appareil, de clientélisme, l’influence des réseaux occultes, rien ne dit qu’Eric Ciotti ne peut pas rester en tête également au second. Quand bien même : s’il perd samedi, même par dix points d’écart, la fracture au sein de LR sera consommée. Tout autant d’ailleurs s’il gagne. Edouard Philippe regarde l’Horizons en se frottant les mains.

Primaire LR : Ciotti a déjà gagné, et pas encore perdu

Personne n’est dupe quant au choix du 5 décembre par Eric Zemmour pour son premier meeting de campagne. Au lendemain du second tour de la primaire des LR, ce sera LE sujet.  Les rumeurs de « surprises » fusent, mais la première d’entre elle sera bien évidemment ce qu’en dira celui qui attire depuis deux mois entre 13 et 19 % des intentions de vote sur son nom, dépassant parfois Marine Le Pen, et toujours le « meilleur » des candidats de LR, en l’occurrence Xavier Bertrand, renvoyé à sa niche par les militants. 

Si Pécresse l’emporte finalement, on sait globalement déjà ce que Zemmour en pense, et donc, en dira. Mais si Eric Ciotti l’emporte, alors… tout est possible. N’a-t-il pas déclaré qu’en cas de second tour Zemmour-Macron, il voterait pour l’ex-polémiste ? Eric Zemmour n’a-t-il pas volontairement épargné Eric Ciotti dans son clip de déclaration de candidature, à l’exception de tous les autres ?

Enfin, il y a celle qui se voudrait à la barre du navire, forte de ses deux précédentes candidatures à la présidentielle, de ses 34 % des voix face à Macron et surtout de ses 10,6 millions d’électeurs. Quand on compte les ficelles sur la manche des officiers sur le pont, il est incontestable que la Marine (…) en a plus que les commandants Ciotti et Zemmour. Sans compter les cicatrices, à grands coups de sabre d’abordage. 

Qui de Ciotti, Zemmour ou Le Pen a une âme d’amiral ?

Voilà, aujourd’hui, le problème que doivent résoudre les chefs de flottille de la droite française, les plus à même à faire un brin de chemin ensemble. Sachant qu’aussitôt embarqués, dans la même aventure, dans la même armada, déterminés à prendre le même cap, il leur faudra, et ils en sont parfaitement conscients, affronter une de ces tempêtes que de mémoire de marin, on n’a pas vu depuis longtemps. Et que l’on ne rêve pas d’affronter tous les jours. Mais ceci est une autre histoire.


Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).