Covid-19 : Emmanuel Macron annonce un plan pour sauver le tourisme



Le Covid-19 impacte actuellement tous les secteurs, le tourisme n’est bien évidemment pas épargné, loin de là. Avec l’arrêt de l’activité, caractérisé notamment par la fermeture des frontières de l’espace Schengen, des hôtels, des restaurants, ou encore de l’aéroport d’Orly, les professionnels du tourisme vivent une crise sans précédent. 

Dans son allocution du 13 avril dernier, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé un Plan spécifique pour les métiers du tourisme. Les professionnels saluent la démarche mais demandent un accompagnement spécifique et engagé lors du déconfinement annoncé à partir du 11 mai prochain dans le meilleur des cas. Le point sur l’impact du Covid-19 sur l’industrie du tourisme.

Le tourisme, un secteur à l’arrêt suite au confinement lié au Covid-19

Le confinement inhérent au Covid-19 a sonné le glas pour le secteur du tourisme. L’activité s’est retrouvée au point mort, avec des conséquences particulièrement inquiétantes pour les professionnels qui sont désormais dans l’expectative. Les lieux accueillant du public, comme notamment les hôtels, les restaurants, les salles de spectacle, les musées, les salles d’exposition, les parcs de loisirs, etc., ont tous fermés leurs portes. Il faudra certainement de longs mois pour que les Français, et les touristes internationaux, retrouvent leurs habitudes, d’autant plus si l’on prend en compte le contexte économique global ainsi que la question de l’actuel, et futur, pouvoir d’achat des Français.

Pour pallier cet arrêt complet, le gouvernement a lancé des mesures spécifiques afin d’accompagner les professionnels. On peut ainsi citer le report pour les agences de voyages des remboursements de voyages annulés, qui leur permet de temporiser au vu de la situation.

Un Plan spécifique pour accompagner un secteur en difficulté

Si les conditions du Plan spécifique pour l’industrie du tourisme proposé par le gouvernement ne sont pas encore connues en détail, un point encourageant est à souligner. La revendication générale des professionnels du tourisme portant sur la suppression des charges, et non plus seulement un report, semble être entendue. 

Si ce point figure effectivement dans le Plan spécifique, les professionnels du tourisme pourraient entrevoir une issue moins catastrophique quant à leur activité. Et il faut dire que cela ne serait pas du luxe, car la saison d’été s’annonce particulièrement compliquée pour l’ensemble des acteurs du tourisme. En effet, bon nombre de frontières vont certainement rester fermées, notamment au niveau des pays non-européens qui resteront inaccessibles. De plus, les festivals, qui attirent une foule importante, sont pour l’instant en attente et ne pourront se tenir avant la mi-juillet, une perte encore conséquente. 

Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du Voyage, explique : « Ce qui est clair à présent, c'est qu'il n'y aura pas de saison d'été ou qu'elle sera extrêmement faible et surtout limitée. Les Français ne voyageront pas beaucoup et en majeure partie en France. Et notre pays n'accueillera que peu de touristes étrangers sur son territoire ». A défaut de peu attirer une clientèle internationale, les Français miseront ainsi très certainement sur l’Hexagone pour leurs potentielles vacances estivales parmi les nombreuses destinations phares du pays (http://www.montagnesdetarasconetduvicdessos.com/).

Un accompagnement espéré sur le long terme par les professionnels du tourisme

L’accompagnement du gouvernement envers les professionnels du tourisme va avoir un rôle crucial quant à l’issue de la crise liée au Covid-19. Jean-Pierre Mas précise à ce sujet : « Le plus important pour nous, c'est un accompagnement à moyen et long terme. Les mesures prises par le gouvernement pour ce premier mois de confinement - chômage partiel, report de charges - sont très efficaces ».

Des mesures concrètes qui ne sont que les prémices du Plan spécifique dédié à l’industrie du tourisme pour faire face à une potentielle hécatombe économique, mais aussi au niveau des emplois qui sont particulièrement menacés. Pas moins de 35 000 emplois sont concernés par l’arrêt d’activité imposé pour lutter contre la propagation du Covid-19. Rien d’étonnant à ce que les professionnels du tourisme soient dans l’attente des détails de ce Plan spécifique, avec beaucoup d’espoir sur le long terme pour une reprise dès le milieu de l’été.