Les crapauds à points jaunes et une tempête en approche - Le 18h du 17 septembre 2020 de PolitiqueMatin.fr

12 %
En trois ans, le groupe parlementaire de LaREM a perdu 12% de ses
députés.

Le crapaud à points jaunes de Nicolas Sarkozy et la tempête d'Edouard Philippe. Retour sur l'actualité politique de ce jeudi 17 septembre 2020 avec le 18h de PolitiqueMatin.

Nicolas Sarkozy, les écologistes et les crapauds à points jaunes et à pois bleus

Invité d'honneur de la soirée d'ouverture de la « Semaine de l'immobilier » mercredi 16 septembre 2020, Nicolas Sarkozy en a profité pour critiquer les écologistes et les polémiques qui gravitent autour d'eux ces derniers jours. Parmi elles, le Tour de France critiqué par le maire de Lyon et l'affaire du sapin de Noël fustigé par le maire de Bordeaux.

« Si quelqu'un demain voulait construire la Tour Eiffel, ceux qui défendent les crapauds à points jaunes et à pois bleus s'y opposeraient » a-t-il asséné en se moquant des écologistes qui avec leurs polémiques, ne sont pas selon lui « un signe de progrès ».

Edouard Philippe prévient « une tempête » est en approche

Présent à Octeville-sur-mer, (commune voisine du Havre) mercredi 16 septembre, pour soutenir la sénatrice Les Républicains Agnès Canayer, candidate à sa réélection, Edouard Philippe à mis en garde les Français contre une tempête à venir. « Je pense que nous allons affronter une tempête - une tempête économique, une tempête sanitaire, une tempête à tous égards - et peut-être une tempête sociale, peut-être une tempête politique. Et je pense que les temps qui viennent sont des temps difficiles ».

Outre cette mise en garde, l'ancien Premier ministre à présent maire du Havre, en a profité pour donner aux Français quelques conseils, les invitant à faire front unis face à l'adversité et aux épreuves qui vont arriver.

Une syndicaliste voilée provoque une vague de départ à l'Assemblée nationale

Lors de la commission parlementaire visant à « mesurer et prévenir les effets de la crise du Covid-19 sur les enfants et la jeunesse », qui se tenait jeudi 17 septembre 2020 à l'Assemblée nationale, la présence d'une syndicaliste voilée à provoqué une vague de départs. Maryam Pougetoux, représentante de l'Unef, était alors auditionnée dans le cadre de la commission. La députée LREM, Anne-Christine Lang a fustigé le port du voile au sein de l'Assemblée nationale.

La députée a ensuite déclaré « je vais quitter cette réunion », suivis par d'autres députés des Républicains (LR). Sur Twitter, elle a réaffirmé son opposition au port du voile au sein de l'hémicycle.

Le groupe parlementaire LREM accuse un 40 ème départ en trois ans.

Il est le 40 eme député à quitter le banc de la République en marche en trois ans. Le député du Pas-de-Calais Benoît Potterie a annoncé son départ du groupe de la majorité présidentielle pour rejoindre le groupe Agir. Agir dont la création remonte à mai 2020, regroupe à présent dix-huit députés de centre-droit et devient ainsi le cinquième plus gros groupe parlementaire de l'Assemblée nationale.

Le député confiait au Figaro les raisons de son choix : « Dans mon département, beaucoup de marcheurs sont issus du PS, je voulais montrer ma sensibilité de centre-droit » ajoutant n'avoir « aucun reproche à faire au groupe LREM ». Depuis la rentrée de septembre, les départs de députés LREM, vers d'autres groupes s'enchaînent.