Arcep : Laure de la Raudière placée à la tête de l'autorité indépendante

56,1 %
Laure de la Raudiere a été réélu en 2017 avec 56,1% des voix.

L'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) a une nouvelle tête dirigeante. La députée Laure de la Raudière a été désignée par Emmanuel Macron pour diriger le gendarme des télécoms pendant six ans.

Laure de la Raudière nommée à la tête de l'Arcep

Le 4 janvier 2021 prenait fin le mandat de six ans non-renouvelable de Sébastien Soriano. Ce dernier laisse donc sa place à la tête de l'Arcep. Le choix d'Emmanuel Macron pour le remplacer, s'est porté sur la députée Laure de la Raudière. Cette dernière doit cependant obtenir l'aval de l'Assemblée nationale avant de pouvoir prétendre prendre la direction de l'autorité indépendante.

Si Laure de la Raudière, Normalienne et diplômée de Télécom Paris a les compétences requises pour diriger l'Arcep, chargée de « la régulation des secteurs des communications électroniques et des postes », son profil est nettement plus politique que ses prédécesseurs. En effet, les cinq derniers présidents de l'institution étaient issus de la haute fonction publique.

Son engagement politique a rapidement été tourné vers l'univers du télécom, la députée regrettant la méconnaissance et le désintérêt des élus sur le sujet. Elle a d'ailleurs œuvré pour l'accélération du déploiement de la fibre optique sur l'ensemble du territoire.

Un choix qui ne fait pas l'unanimité

Sa nomination ne fait pas forcément l'unanimité de tous. Xavier Niel, fondateur de Free fustige ce choix, rappelant que la députée est une ancienne salariée d'Orange. Un choix « aberrant pour la concurrence ». S'il reconnaît ses compétences, il rappelle cependant qu'il est surprenant de « nommer à la tête d'une autorité indépendante quelqu'un qui a bossé quinze ans chez Orange ».

Parmi les premiers dossiers que Laure de la Raudière devra étudier se trouvera sûrement celui des forfaits RED by SFR fortement critiqués par les Français depuis quelques semaines. Les hausses répétées des tarifs et la modification unilatérale des conditions de ses contrats ont eu raison de certains clients qui ont saisi l'Arcep.


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique