La densité du président de la République et le rejet du vote anticipé. Le 18h du 18 février 2021 de PolitiqueMatin.fr

40 %
40% des Français se disent satisfaits de l'action du chef de l'État.

La densité du président de la République et le rejet du vote anticipé. Retour sur l'actualité politique du jeudi 18 février 2021.

Emmanuel Macron a grossi et l'Elysée s'en félicite

C'est l'information que les Français attendaient tous avec la plus grande impatience, le président de la République, Emmanuel Macron a grossi. Le journal Challenge faisait part de cette nouvelle dans son édition du jeudi 18 février 2021. Pour l'Elysée c'est une très bonne nouvelle quant à la santé du président.

La communication du palais présidentiel estime qu'il « s'agit d'un évènement positif. La preuve d'abord que le chef de l'Etat s'est bien remis du Covid, et qu'il est en forme pour aborder la suite » ajoutant que « sur les photos, ces quelques kilos de plus lui donnent de la densité, de la maturité ».

La commission des lois du Sénat rejette l'amendement sur le vote anticipé

La commission des lois du Sénat a rejeté mercredi 17 février 2021, l'amendement tardivement déposé par le gouvernement prévoyant l'ouverture du vote par anticipation pour la présidentielle de 2022. La commission a motivé sa décision sur la forme et sur le fond. Estimant pour la première qu'il était « inenvisageable de modifier aussi radicalement les règles de l'élection présidentielle par un amendement déposé in extremis à la fin de la navette parlementaire, sans que ni les forces politiques ni le Conseil d'État aient été appelés à se prononcer ».

Pour le fond, la commission estime « que l'amendement du gouvernement était de nature à alimenter la suspicion sur la sincérité de l'élection présidentielle et à remettre en cause la légitimité du Président élu. Les machines à voter, en effet, sont soumises à un moratoire depuis 2008 : seules 66 communes en sont équipées, le gouvernement interdisant aux autres communes d'acquérir des machines à voter ».

Nicolas Sarkozy vacciné contre le Covid-19

L'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy âgé de 66 ans, aurait reçu au mois de janvier une première dose de vaccin contre le Covid-19 à l'hôpital militaire de Percy. L'information révélée par l' Express mercredi 17 février est surprenante puisque pour le moment, la vaccination n'est ouverte qu'aux personnes de plus de 75 ans ou présentant des pathologies à risque.

Une information qui n'a pas été confirmée par le principal intéressé. L'Express ajoute que Nicolas Sarkozy serait agacé par la lenteur de la campagne vaccinale du gouvernement « Pardon mais il faut créer des vaccinodromes partout ! Comme j'avais fait ! » Aurait-il déclaré en faisant référence aux centres mis en place durant la crise de la grippe H1N1 en 2009.

Suite aux propos d'Emmanuelle Vidal, le CNRS regrette une « instrumentalisation de la science »

Après avoir été critiquée pour ses propos sur «l'islamo-gauchisme » qui « gangrène la société dans son ensemble » et à quoi « l'université n'est pas imperméable », la ministre de l'Enseignement supérieur, Emmanuelle Vidal, a demandé au Centre national de la recherche scientifique, CNRS de mener une enquête scientifique au sein des universités françaises.

Le CNRS a accepté cette mission de recherche dénonçant cependant une « instrumentalisation de la science ». « Ce terme aux contours mal définis, fait l'objet de nombreuses prises de positions publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées. Le CNRS condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d'en profiter pour remettre en cause la liberté académique (...) La polémique actuelle autour de l''islamogauchisme', et l'exploitation politique qui en est faite, est emblématique d'une regrettable instrumentalisation de la science ».


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique