Contrôle au faciès et coup de fouet. Le 18h du 10 décembre 2020 de PolitiqueMatin.fr

44 %
EN 2018, la cote de popularité de Marion Maréchal était de 44%

Contrôle au faciès et coup de fouet. Retour sur l'actualité politique du jeudi 10 décembre 2020.

Marion Maréchal aborde la question des contrôles au faciès

Invitée sur Cnews, mercredi 9 décembre 2020, Marion Maréchal a réagi à la polémique entourant le match de football PSG-Basaksehir et a abordé la question du contrôle au faciès. Ainsi, Marion Maréchal considère qu'il s'agit sur ce point plus d'une question sociale que d'un racisme réel.

« Un petit blanc en jogging-casquette à Clichy a dix fois plus de chance de se faire contrôler qu'un Français noir en mocassins et Barbour qui se balade dans le 16ème arrondissement. La question est d'abord sociale », a-t-elle déclaré pour étayer son propos.

Vikash Dhorasoo compare le sort des footballeurs noirs à celui des esclaves

Invité sur France Info, mercredi 9 décembre 2020, le footballeur français Vikash Dhorasoo, s'est laissé aller à une comparaison osée, sur la condition des footballeurs français noirs. « Avant, ils couraient pour éviter les coups de fouet, aujourd'hui, ils courent pour éviter les tacles », a-t-il déclaré comparant la condition des esclaves à celle des noirs d'aujourd'hui.

Cette réaction est intervenue peu après que le match de football PSG-Basaksehir se soit interrompu, un arbitre ayant demandé à voix haute « Le Noir là-bas. Va vérifier qui il est. Le Noir là-bas. Ce n'est pas possible de se comporter comme ça » en parlant de l'entraîneur adjoint de Basaksehir, Pierre-Achille Webo. La séquence a fait polémique puisque l'arbitre est roumain et qu'en roumain noir se dit « negru ». Une confusion qui n'a pas empêché le principal intéressé de reprocher à l'arbitre de l'avoir désigné par sa couleur de peau.

Marine Le Pen dénonce « un abandon total de nos valeurs républicaines »

Le match PSG-Basaksehir aura provoqué beaucoup de réactions et notamment celle de la leader du Rassemblement national Marine Le Pen. Invitée de France Inter jeudi 10 décembre 2020, la candidate à l'élection présidentielle de 2022, a réagi à l'image des footballeurs agenouillés mercredi soir pour dénoncer le racisme. Une image qui « inquiète » Marine Le Pen.

« Je vois une mouvance qui veut essayer d'importer en France la guerre raciale américaine », a-t-elle déclaré avant d'ajouter : « La racialisation des relations humaines me fait horreur. (…) Il y a une volonté séparatiste de certains qui veulent séparer les blancs des noirs. Je trouve ça épouvantable. C'est un abandon total de nos valeurs républicaines. Chaque élément est monté en épingle pour être vu sous le prisme racial ».


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique