Un pacte de non-agression à droite et le procès politique de Marine Le Pen. Le 18h du 11 février 2021 de PolitiqueMatin.fr

19,94 %
En 2017, François Fillion le candidat de la droite avait obtenu 19,94%
des voix.

Un pacte de non-agression à droite et le procès politique de Marine Le Pen. Retour sur l'actualité politique du jeudi 11 février 2021.

Bruno Retailleau et Xavier Bertrand signent un pacte de non-agression en vue de 2022

Ils sont les deux candidats potentiels de la droite pour l'élection présidentielle de 2022, le sénateur Les Républicains, Bruno Retailleau et l'ancien LR et Président du conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand se sont retrouvés autour d'un déjeuner au Sénat mercredi 10 février 2021 pour mettre au point un pacte de non-agression en vue de 2022.

Ainsi, les deux hommes se sont engagés à suivre une charte de bonne conduite afin d'éviter « que la compétition débouche sur des rancœurs qui pourraient coûter cher au moment de la présidentielle ». Ainsi, les remarques mesquines sur le programme ou la campagne de l'autre sont à proscrire.

Photos de Daech : Marine Le Pen dénonce un « procès politique »

Le procès de la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a débuté mercredi 10 février 2021 au tribunal correctionnel de Nanterre. Il est reproché à Marine Le Pen d'avoir publié sur son compte Twitter en 2015, trois photos des massacres perpétrés par les troupes de Daech. La candidate à la présidentielle dénonce « un procès politique ».

Marine Le Pen dénonce la justice à deux vitesses dont elle est la victime « Il y a plusieurs sortes d'injustice : engager des poursuites seulement à l'égard de certains en est une. Si la photographie de la mort est attentatoire à la dignité humaine, alors la photo du petit Aylan, 3 ans, mort sur une plage en est le summum. L'intégralité des médias français l'a publiée sans que jamais le parquet n'exerce de poursuites. Ce qu'il fallait, c'était poursuivre Mme Le Pen ».

Jean-Luc Mélenchon assume sa participation future à « Touche pas à mon poste »

Le leader de la France Insoumise fait parler de lui après avoir accepté l'invitation de Cyril Hanouna à participer à son émission « Touche pas à mon poste », jeudi 11 février 2021, en même temps que le débat qui opposera Marine Le Pen à Gérald Darmanin sur France 2. Un choix qu'il qualifie « d'acte de résistance » et « d'exil politique » dans une interview donnée à Libération.

Selon Jean-Luc Mélenchon, lorsque l'on est un homme politique, on doit savoir parler à tous les Français. « Je ne trie ni ne méprise aucun public, aucun lieu. Je pourrais même aller au congrès du Medef pour leur expliquer la planification écologique. (…) Un discours rationnel et des propositions concrètes peuvent convaincre partout ».

Le contrat de 100 millions d'euros conclu entre Nagui et France Télévision remis en cause par une députée

L'ancienne députée La République en Marche, Frédérique Dumas, actuellement membre du groupe parlementaire Groupe Libertés et Territoires, demande à ce qu'une enquête soit diligentée à l'encontre du contrat de 100 millions d'euros conclu entre France Télévision et l'animateur Nagui.

La députée ne met pas en cause le montant de ce contrat mais certaines de ses clauses et notamment « les clauses exorbitantes du droit commun et dérogatoires par rapport aux usages professionnels. (…) Il n'y a pas d'exigence d'audience, il n'est pas prévu d'audit, la commande porte sur certaines émissions dont le concept n'est pas précisé alors que le montant financier, lui, est bien garanti ».


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique