La Police réclame plus de moyens, l'exécutif réfléchit à de nouveaux pantalons

21 MILLIONS €
En 2004, le changement d'uniforme de la police avait coûté environ 21
millions d'euros.

Le ministre de l'Intérieur a proposé à plusieurs écoles de mode de dessiner le nouvel uniforme des policiers français. Une initiative mal accueillie aussi bien par les policiers qui réclament des moyens supplémentaires que par les étudiants qui travailleront à titre gratuit.

De nouveaux uniformes dessinés gratuitement par des étudiants

Documentations, un média consacré à l'art, a publié via son compte Twitter, mercredi 17 mars 2021, un courrier du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin envoyé à 24 écoles de mode mais également à des lycées professionnels proposant la filière « Métiers de la mode ». Le courrier les invitait à proposer des idées pour participer à « l'évolution de la tenue des policiers ».

Une proposition que le ministère décrit, la tenue devra donner « une apparence plus moderne, plus en phase avec les nécessités du terrain et les réalités de la société », il ajoute ensuite les caractéristiques souhaitées. Une initiative qui intervient dix-sept ans après que la maison Balansiga a redessiné les uniformes de la police en 2004.

Rien de choquant jusqu'ici excepté peut-être que les étudiants participant à cette remise au goût du jour de l'uniforme des hommes en bleu, le feront à titre gratuit. Une gratuité qui irrite les acteurs du secteur qui voient dedans une volonté de réduire les coûts de la part du gouvernement.

Des uniformes au lieu de moyens supplémentaires

L'initiative de nouveaux uniformes interroge. Il s'agit d'une forte dépense alors que les policiers réclament des moyens supplémentaires afin d'effectuer au mieux leurs missions. En 2004, le changement d'uniformes avait coûté environ 21 millions d'euros. Le paquetage d'un policer représentant un coût de 533 euros.

Ainsi, si les policiers demandent des effectifs ou des moyens supplémentaires face à l'augmentation des rixes et des violences urbaines comme à Blois la semaine dernière, la réponse du gouvernement est de leur fournir « une apparence plus moderne ».


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique