Lettre ouverte de la jeunesse progressiste à l'extrême-droite



Monsieur Zemmour, Madame Le Pen,

Nous sommes tous de jour en jour un peu plus abasourdis par vos déclarations nauséabondes ! Nous souhaitons au nom de la jeunesse progressiste clarifier les choses avec politesse. Hier notre génération scandait durant les élections « La jeunesse emmerde … », demain elle reprendra à nouveau, sans doute, ce slogan à cause de vos multiples dérives.

Nous refusons que la jeunesse serve de bouc émissaire, devenant une cible supplémentaire à vos obsessions. En effet, vous affichez des idées archaïques sur plusieurs catégories de populations, entrant en conflit avec notre idéal républicain : les minorités ethniques ou religieuses, les femmes, les collectifs LGBT, et nous les jeunes.

Nous, jeunes progressistes de France, réaffirmons notre attachement à la République et ses valeurs. Quand vous, incarnation d’un conservatisme rance, tentez de réinventer notre histoire nationale, mais n’écrivez pas l’avenir de nos générations.

Demain, décideriez-vous de trier les jeunes précaires selon leurs origines dans la file d’attente de l’aide alimentaire ? Les événements à Fréjus l’année dernière, concernant le tri des personnes à la soupe populaire, ont provoqués des applaudissements chez vos soutiens ! Vous complétez cette logique avec la suppression de l’aide médicale d’État alors que les pandémies se moquent de la nationalité des porteurs de maladie.

La jeunesse ne souhaite pas « la guerre du tous contre tous », que vous dessinez au fil de vos interventions. Penser la société obligatoirement par le prisme de l’élargissement de ses fractures, comme vous le faites, c’est penser au petit « moi » et non plus au collectif, au destin commun. Vous dites croire en la Nation française, mais refusez de vous inscrire dans ce destin commun pour chaque citoyen. Au motif d’un prénom à consonance étrangère, de discriminations et d’un racisme ordinaire, notre Nation se perd dans ces errements.

Non, la jeunesse n’est pas à instrumentaliser ! Exonérer d'impôt sur le revenu tous les jeunes jusqu'à 30 ans, Madame Le Pen, c’est vouloir encore balancer en l’air de la « poudre de perlimpinpin ». Les jeunes ne sont pas tous dans la précarité ! Des jeunes consultants, traders, sportifs de haut niveau, rentiers millionnaires et autres n’ont pas à être protégés de cet impôt quand nos parents et grands-parents de classe moyenne le paye honorablement.

Non, la jeunesse n’entend pas se faire dicter ses choix culturels ! Les « sous-cultures d’analphabètes », monsieur Zemmour, (rap, hip-hop, cultures non-classiques, etc) que vous détestez tant, sont pourtant la culture populaire de notre génération. Récemment, encore, vous stigmatisiez les banlieues des grandes métropoles, dans lesquelles selon vous, « les moins de 18 ans sont à plus de 80 % d'origine extra-européenne »… Cela offre un pauvre tableau en noir et blanc à la vision que vous avez de notre beau pays.

Au contraire, nous sommes viscéralement attachés à l’universalisme de notre modèle républicain. Nous défendons notre tradition d’accueil, notamment celui des étudiants étrangers (Erasmus, etc). Parce que l’avenir de la France passe par la réconciliation des populations et des générations, parce que son ouverture sur le monde faisait sa grandeur hier et la fera demain.

Pour toutes ces raisons, et pour le bien de la France, nous vous demandons donc de laisser la jeunesse hors de vos fascinations de guerre civile. Voici un avertissement politique. Les nombreux jeunes progressistes de France n’ont pas dit leur dernier mot pour vous combattre sur le terrain des idées et des urnes.

Collectif - Les Jeunes Progressistes

Pierre Cilluffo Grimaldi

Alexis Gibellini

Maxence Druelle


Pierre Cilluffo Grimaldi

Doctorant à la Sorbonne, profondément intéressé par les questions économiques et sociétales. Engagé en faveur du bien commun et de l'environnement, notamment dans une association en faveur de la biodiversité dans les Pyrénées. Diplômé récemment d’un Master à Paris Dauphine en RSE et d’une certification en entreprenariat de HEC Paris.