Coronavirus : le gouvernement promet aucune hausse d'impôts

11 %
Le gouvernement table sur une baisse du PIB de 11% en 2020

Face à la crise économique liée à la pandémie de coronavirus, de nombreux Français s’inquiètent d’une possible augmentation des impôts afin de financer la relance économique et de combler le déficit. 

Macron augment-il discrètement les impôts ? 

« On n'augmente pas les impôts. Ça, je crois que c'est très clair » a affirmé Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher  invitée de France Inter vendredi 21 août, rassuré à nouveau les Français .« C'est un engagement. Bruno Le Maire a été très clair sur ce sujet-là, le président de la République également », a-t-elle rappelé. Lors de son discours télévisé du 14 juillet 2020, Emmanuel Macron a assuré «  Nous ne les financerons pas [les  dépenses liées au coronavirus ] en augmentant les impôts ! Notre pays est déjà l’un de ceux où la fiscalité est la plus lourde, même si depuis trois ans nous avons commencé à la baisser ». 

Des propos réilterés pas Gérald Darmanin  alors ministre des finances et des comptes publics sur RMC : « Il n’y aura pas d’augmentation de fiscalité parce que l’augmentation de fiscalité décourage l’activité économique. […] L’augmentation d’impôt tue la confiance des ménages dans la vie économique et la confiance des entreprises ». Pourtant sur France Inter à nouveau, l’économiste Thomas Piketty a affirmé le 15 juin 2020 qu’une hausse d’impôts avait déjà eu lieu avec la prolongation sur presque dix ans de la perception de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), destiné à rembourser la dette sociale.

Crise : apprendre des erreurs du passé 

Au micro de FranceInter, la ministre déléguée à l'Industrie également précisé qu’elle ne voulait pas reproduire les erreurs faites face à la crise de 2008. « Si on se souvient, le plan de relance de 2008 était arrivé dans des circonstances un peu différentes - c'était une vraie crise économique, donc il fallait aussi assainir l'économie, et c'était une crise qui était moins profonde en terme d'impact. Il n'empêche qu'en 2008, la croissance a été cassée par une augmentation des impôts. L'équipe qui était aux commandes à ce moment-là le reconnaît a posteriori - et je ne leur jette pas du tout le discrédit. Mais on apprend de ces éléments du passé. Nous, on ne fera pas cette faute-là », a assuré Agnès Pannier-Runacher. Le plan de relance destiné à soutenir l’économie française après la crise de 2008-2009 été doté de 34 milliards d'euros sur 2009 et 2010. 

Pour financer ce plan de relance de 100 milliards d’euros, qui sera présenté en conseil des ministres le 24 août 2020 par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, la France compte sur le plan de relance européen de 500 milliards d’euros dont 40 milliards de subventions lui sont destinées. Le reste du plan de relance (60 milliards) sera fiancer par la création de dette, qu’il faudra bien rembourser un jour….


Ludivine Canard

Ludivine Canard est étudiante en école de journalisme à Paris. Elle a été stagiaire pour le Figaro économie et planet.fr. 

Suivez-la sur Twitter : @CanardLudivine