Islam : les étranges révélations de Philippe de Villiers

« Les hommes politiques ont du sang sur les mains », a affirmé
Philippe de Villiers.

Lundi 17 octobre, Philippe de Villiers était invité sur Europe 1 à l’occasion de la sortie de son dernier livre « Les cloches sonneront-elles encore demain ? », paru le 12 octobre chez Albin Michel. Il y a tenu des propos pour le moins inquiétants.

Une grande concession du territoire national

L’ancien candidat à l’élection présidentielle a fait des révélations fracassantes à l’occasion d’un passage chez nos confrères d’Europe 1. Au cours de l’entretien, il a rendu public le contenu d’un rapport que les services de renseignement lui ont transmis faisant état d’un plan des dirigeants français pour partitionner le territoire hexagonal au profit des musulmans.

« Si j’ai écrit ce livre c’est parce qu’il y a des gens dans l’appareil d’Etat et les services de renseignement qui n’en peuvent plus de ne pas être écoutés », a-t-il fait savoir. « Selon les services de renseignement, la classe politique se prépare, en tous cas, une partie d’entre-elle, à signer le jour venu un nouvel édit de Nantes, au terme duquel il y aura une grande concession du territoire national où il y aura des bouts de France qui seront soumis à la charia », assure Philippe de Villiers.

Selon lui, les propos de François Hollande : « Comment peut-on éviter la partition, car c’est quand même cela qui est en train de se produire », cités dans le livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Un président ne devrait pas dire ça, ajoute du crédit à son propos.

L’allégeance à l’Arabie saoudite et au Qatar

Et de dénoncer la politique étrangère française, déterminée selon lui par une « double allégeance », « à l’Amérique qui nous entraîne dans toutes ses aventures avec l’OTAN, et l’allégeance à l’Arabie saoudite et au Qatar puisque nous sommes devenus les alliés des semenciers du djihad », a-t-il fait savoir. « C’est l’Arabie Saoudite qui finance et soutient le salafisme, pendant que le Qatar installe, soutient et finance les Frères musulmans. »

Il faudrait pour finir que la France redevienne « une puissance d’équilibre ». « On n’est ni pour les sunnites, ni pour les chiites, on essaye de préserver les Etats nations plutôt que de céder à la tentation américaine du remodelage du Moyen Orient sur des bases ethniques et religieuses qui vont mettre le feu », a-t-il encore asséné. « Je demande que la politique de la France dénonce l’adversaire », a-t-il lancé. « L’adversaire, c’est l’islam conquérant, c’est beaucoup plus que Daech ». Et de conclure : « Le Coran dit ceci : l’humanité entière doit se soumettre à l’islam – islam ça veut dire  ‘soumis’ ».


Philippe de Villiers : "L’adversaire, c’est l... par Europe1fr

Marine Tertrais

Marine Tertrais est journaliste à Economie Matin depuis 2015, après être passée successivement par Jol Press, et Atlantico.