Istanbul, capitale turque ou capitale grecque?



Beaucoup de Français imaginent qu’Istanbul est un mot turc qui désigne une mégapole moderne aux confins de l’Asie et de l’Europe. En réalité, il s’agit simplement de la déformation turque du grec « is tén polin », « dans la ville », comme disaient les héritiers d’un monde où Constantinople avait survécu pendant 1.000 ans, comme capitale de l’empire romain, à l’autre « ville », l’urbs, qui était Rome.

La vacuité des programmes d’histoire inoculés par l’Éducation Nationale en France explique très largement l’incompréhension des Français pour les questions grecques et méditerranéennes.

Pour le Français ordinaire qui a tété le lait allégé de l’école publique, l’Empire romain s’est effondré au cinquième siècle sous les coups de boutoir infligés par des Barbares. S’est alors ouvert une ère obscure qui a duré environ dix siècles. Vers 1500, la Renaissance commence et l’Europe redécouvre la Grèce, c’est-à-dire Platon, Aristote et quelques autres. Entretemps, la Grèce est devenue un désert finalement occupé par les Ottomans.

Istanbul vue par les Grecs

Pour les Européens d’Orient, dont les Grecs, l’histoire s’est déroulée un peu différemment. Eux se souviennent en effet de la pression migratoire exercée par les « barbares », les tribus germaniques, dès le IIIè siècle après Jésus-Christ. Ils savent aussi la marginalisation progressive de Rome dans les circuits économiques de l’Empire. La noblesse romaine sclérose la ville, et peu à peu les affaires, la prospérité, la croissance dirait-on aujourd’hui, se fait en dehors de l’Italie.

Au début du IVè siècle, Constantin décide de créer une nouvelle Rome pour régénérer l’Empire et pour mieux tenir compte de l’évolution des flux économiques. Pour ce faire, il choisit un lieu stratégique, à la frontière entre l’Europe et l’Asie. En quelques années, il transforme Byzance en une nouvelle Rome: Constantinople.

Pendant plus de 1.100 années, Constantinople va rayonner. Lorsque Rome s’effondre, Constantinople résiste. L’empereur romain « d’Orient » reprend même une partie de l’Italie aux Barbares au VIè siècle. On doit à cette période les mosaïques de Ravenne (où s’établit un exarchat grec) et quelques autres traces encore visibles, comme le nom de Basilicate attribué au sud de l’Italie.

Pour les Grecs, l’empire romain ne disparaît pas au « haut Moyen-Âge » comme le suggère notre absurde découpage historique. En réalité, il ne disparaît qu’en 1453, avec la chute de Constantinople entre les mains des Ottomans. Les petits Français ont appris que l’empire romain avait duré environ 500 ans. Les petits Grecs apprennent qu’il a duré mille ans de plus, et que sa capitale était… Constantinople rebaptisée Istanbul en 1930.

Si l’on n’a pas cette différence de perception historique entre Grecs et Occidentaux à l’esprit, on ne peut évidemment rien comprendre à l’Europe vue depuis la Grèce.

Les Européens ont-ils lutté pour affaiblir Constantinople?

En France, l’histoire de Constantinople est une obscure inconnue. Au mieux relève-t-elle d’une forme d’exotisme qui peut divertir. Il n’en a pas toujours été ainsi.

Ainsi, après la chute de Rome et dans la foulée des invasions barbares, les Européens d’Occident ne tarderont pas à nouer des relations complexes avec Constantinople, souvent faites de jalousie et de fourberie. D’une part, les candidats ne manqueront pas pour reconstituer un empire d’Occident. C’est le cas de Charlemagne dès le VIIIè siècle. Il sera suivi par bien d’autres, comme Frédéric Barberousse, qui rêve d’un Saint-Empire romain germanique. D’autre part, les Occidentaux ne manqueront pas une occasion de se tourner vers l’Orient.

Ainsi, alors que, décennies après décennies, la pression migratoire venue de l’Est pèse sur les frontières byzantines, les Chrétiens d’Occident n’hésitent pas à en profiter. En 1204, les Croisés, manipulés par les Vénitiens, mettent Constantinople à sac. Baudouin de Flandre, qui conduit les Croisés, se fait couronner empereur latin dans la basilique Sainte-Sophie.

Cette expérience éphémère fondée sur l’exploitation des faiblesses grecques par les Européens d’Occidentaux structure largement la compréhension de l’Europe par les Grecs. Pour beaucoup de Grecs d’aujourd’hui, l’Occident est encore un partenaire cynique, qui demande de l’aide lorsqu’il en a besoin et qui n’a aucun scrupule à ne pas rendre ce qu’il a reçu. L’affaire de la dette allemande l’a montré.

L’Europe est-elle fondée sur un abaissement structurel de la Grèce?

Qu’on le veuille ou non, l’Europe a des marottes qui parcourent l’histoire et les générations, qui transcendent les esprits pour devenir une constante collective.

Par exemple, tous les projets européens qui ont, depuis l’an 800, choisi Bruxelles pour capitale (c’était la même chose sous Charles Quint), voire choisi des villes plus septentrionales (comme Berlin en 1939), se sont fondés sur un abaissement systémique de la France. Il existe un rapport inversement proportionnel entre le développement de l’Europe et la prospérité française.

Il en va de même pour la Grèce. Après la chute de l’exarchat de Ravenne, au IXè siècle, l’Occident se construit très largement sur l’ambition d’un affaiblissement systémique de Constantinople. À partir des années 1820, le mouvement de libération nationale grecque sera à nouveau repris en main par les Occidentaux et jugulé pour faire taire les ambitions constantinopolitaines des Grecs.

Pour les Grecs, la vraie capitale du pays est Constantinople. Pour les Occidentaux, c’est Athènes. Ce ne sont pas seulement deux visions du monde qui s’affrontent, ce sont deux identités européennes, deux compréhensions de l’histoire qui se déchirent.

Le rêve de la Grande Grèce face à l’Europe

Dès le dix-neuvième siècle se noue une histoire indispensable à connaître pour comprendre la crise grecque des années 2010.

En 1821, la Grèce proclame son indépendance sous l’égide de l’église orthodoxe, garante de l’identité grecque. L’Autriche craint que l’équilibre du Congrès de Vienne (celui-là même qui se fonde sur l’affaiblissement de la France…) ne soit remis en cause. Les puissances, comme on dit alors, ne reconnaîtront l’État grec qu’en 1830, sous l’expresse condition que la Grèce soit dirigée par un prince allemand. La même règle sera appliquée à la Belgique au même moment.

C’est donc un Bavarois qui devient roi de Grèce. Sa mission est simple: empêcher la réalisation de la « Grande Idée », c’est-à-dire la reconstitution d’un empire grec dont Constantinople serait la capitale.

Ainsi, durant la guerre de Crimée (1854-1856), les Anglais et les Français occupent le Pirée pour empêcher une offensive grecque contre les Turcs. En 1881, le Congrès de Berlin attribue à la Grèce l’Épire et la Thessalie.

Les Grecs ont-ils les moyens de leurs ambitions? La Grande Idée relève d’une sorte de mythologie contemporaine qui semble hors de portée pour un État qui peine à se moderniser. Elle structure néanmoins une ambition collective qui explique qu’encore aujourd’hui la défense constitue un poste de dépense important pour les Grecs.

Les calamiteuses guerres grecques contre la Turquie

Entre la guerre de Crimée et la Grande Catastrophe de 1922, on compte en tout cas pas moins de cinq offensives militaires grecques contre les Turcs.

En 1877, la Grèce s’associe diplomatiquement à la Russie dans la guerre russo-turque. En 1897, la guerre des Trente jours se solde par une déculottée grecque en Crète. En 1912-1913, les guerres balkaniques permettent à la Grèce de reconquérir plusieurs îles. En 1917, la Grèce déclare la guerre à la Turquie, aux côtés de la Triple Entente, ce qui permet à la Grèce de récupérer, au moins sur le papier, Smyrne aux termes du Traité de Sèvres.

Dès 1919, les Grecs occupent Smyrne. Ils mettent donc les pieds, pour la première fois depuis des siècles, sur le sol historique de l’Asie Mineurs. C’est le début de la Grande Catastrophe, appelée du côté turc la guerre d’indépendance. Mustapha Kemal défait militairement la Grèce et reprend le contrôle de l’actuelle Turquie. Il installe sa capitale à Ankara au lieu de Constantinople.

Par le traité de Lausanne de 1924, les Grecs perdent tout. Les 1,3 millions d’orthodoxes grecs, qu’ils soient à Constantinople, dans le Pont-Euxin ou en Asie Mineure, sont massivement expulsés vers la Grèce, pendant que les 300.000 Musulmans de Grèce sont expulsés vers la Turquie.

La crise grecque, un épilogue?

Ceux qui méconnaissent la Grande Idée, c’est-à-dire la reconstitution de l’empire byzantin par les Grecs, ne peuvent évidemment rien comprendre à la problématique grecque contemporaine. Il ne faut pas oublier que l’église orthodoxe grecque utilise encore et toujours la bannière de l’empire byzantin comme signe de reconnaissance.

Toute la crise grecque des années 2010 est bien résumée ici. Les Occidentaux ont toujours pu compter sur les Grecs au siècle dernier. Alors que la France s’est effondrée en quelques semaines en 1940, les Grecs ont défait Mussolini en 1941, obligeant l’armée allemande à retarder l’opération Barbarossa de quelques précieuses semaines pour récupérer une situation qui dérapait dangereusement. Sans l’opiniâtreté grecque, une victoire totale allemande en 1941 aurait pu se produire.

En 1948, les Grecs ont fait face seuls à une guerre civile pour éviter un régime communiste. Là encore, peu de pays en Europe ont donné autant sans aide extérieure. Quelques années plus tard, ils ont consenti à l’effacement de la dette allemande, alors même que l’occupation avait été sans pitié.

Qu’ont-ils recueilli en échange? Du ressentiment, sans aucun doute, et une mise sous tutelle de leurs ambitions politiques. Pour avoir trop oublié sans doute que l’Europe à laquelle ils appartiennent n’est pas la Grande Europe de Constantinople.

Article écrit par Eric Verhaeghe pour son blog


Eric Verhaeghe

Né en 1968, énarque, Eric Verhaeghe est le fondateur du cabinet d'innovation sociale Parménide. Il tient le blog "Jusqu'ici, tout va bien..." Il est de plus fondateur de Tripalio, le premier site en ligne d'information sociale. Il est également  l'auteur d'ouvrages dont " Jusqu'ici tout va bien ". Il a récemment publié: " Faut-il quitter la France ? "