La loi Malraux, un outil puissant de défiscalisation

30 %
Grâce au dispositif Malraux, vous pouvez réduire votre impôt de
l'équivalent des 30 % des dépenses engagées.

Vous songez à diversifier votre patrimoine et acquérir un bien immobilier ? Si le marché vous ouvre de larges perspectives et que vous risquez d’avoir l’embarras du choix, un dispositif n’est pas à négliger : la loi Malraux.

Un levier défiscalisation sans plafond

La Loi Malraux est un dispositif d’investissement locatif couplé à un projet de rénovation. Il implique d’acquérir un logement, de le rénover, de le louer de toucher des revenus locatifs tout en profitant d’un levier de défiscalisation important. Son grand avantage : à la différence des autres dispositifs, il n’est pas plafonné au titre des niches fiscales. Cet avantage est accordé depuis le 1er janvier 2013, ce qui fait que beaucoup d’investisseurs l’ignorent toujours. Résultat : la concurrence parmi les potentiels acquéreurs est moins importante, ce qui permet d’acheter à un prix raisonnable.

Une généreuse carotte fiscale en échange de quelques contraintes

En échange de ces avantages, le dispositif Malraux implique plusieurs contraintes. Vous pouvez défiscaliser seulement dans les années où vous avez payé des travaux. En plus, cette « fenêtre » de défiscalisation ne dure que 4 ans. Il est donc dans votre intérêt d’étaler vos règlements des travaux au maximum. Les dépenses que vous pouvez engager sont elles aussi plafonnées, en l’occurrence à 400 000 euros sur les 4 ans.

À l’issue des travaux, vous devez obligatoirement louer votre bien. Le locataire ne doit pas être un membre de votre famille (un ascendant ou un descendant) et ne doit pas faire partie de votre foyer fiscal. En plus, la durée minimum d’obligation de location est assez longue, à savoir 9 ans.

Des biens sont vendus en loi Malraux un peu partout en France, mais surtout dans les grandes villes : le Programme Malraux à Bordeaux s’avère assez intéressant, au même titre que Nantes, Montpellier, Avignon et même Paris.