Lettre ouverte à Nathalie Arthaud



Madame,
J'ai regardé "le grand débat" sur BFMTV et CNews où vous interveniez aux côtés de tous les candidats à l'élection présidentielle. Tout en respectant absolument votre liberté d'opinion et celle d'affirmer vos convictions, j'ai été choquée par la violence de vos propos.

Interpellée à double titre, en tant que chef d'entreprise par vos attaques envers tous ceux qui emploient des salariés ce qui constitue une discrimination difficilement supportable alors qu'ils se battent tous les jours pour diriger leur entreprise. Oui, bien sûr, il y a comme partout des patrons qui se comportent mal. Oui, la condition des salariés est parfois difficile et mal rémunérée... Cela vaut-il des attaques d'une telle agressivité ?

Je reprends certains de vos propos : « Le patronat écrase en toute impunité la condition ouvrière », « C'est dans l'ADN de n'importe quel patron, d'agir contre les travailleurs », « Des hommes et des femmes sont transformés en esclaves salariés » (...)

Ces accusations sont blessantes, injustes et inquiétantes. Ce sont des propos attentatoires à l'honneur et à la considération.

C'est en mon nom propre que j'interviens, mais le fait de présider un mouvement patronal représentant des centaines d'entrepreneurs a fait que je me suis sentie particulièrement concernée. J'ai regretté d'ailleurs qu'aucun des candidats ne défendent ces patrons qui créent la croissance ; aucune allusion même dans les commentaires qui ont suivi le débat...

Ensuite, mon indignation, égale à la vôtre !, se double du fait de savoir que vous êtes professeur d'économie dans un lycée, auprès de jeunes adolescents. Vous continuez à exercer deux demi-journées par semaine pendant cette longue période électorale, or les enfants dont vous êtes le professeur, devaient regarder la télévision avec l'admiration légitime que suscite la présence de leur « prof ».

Que n'ont-ils pas entendu... Quelle image vont-ils avoir de l'entreprise et donc de leur avenir ? Quelle tristesse pour eux que cet univers du travail que vous décrivez ! Quel espoir peuvent-ils avoir en l'avenir ? Quelle confiance dans ce que vous leur enseignez, alors même que vous avez déclaré : « si j'avais à choisir ce que j'enseigne, j'enseignerais sans doute autre chose que ce que les programmes m'obligent à enseigner… ».

N'est-ce pas terrible que de dire aux jeunes que vous délivrez un enseignement que vous jugez mensonger ? N'y a-t-il pas là de quoi se soucier légitimement de l'influence que vous pourriez avoir auprès de vos élèves ?

Alors j'ai eu une réaction instantanée consistant à lancer une pétition « symbolique » pour demander que vous n'enseigniez pas l'économie...

Vous  bénéficiez certes à mes yeux d'une « présomption de neutralité » dans vos cours et d'une conscience professionnelle ; mais il s'agit bien de réaffirmer que si vous avez le droit, vous, de faire passer votre violente opposition au monde de l'entreprise et au capitalisme, nous avons le droit en tant que parents de nous inquiéter de l'idéologie propagée par votre discours.

Toutefois, certains instrumentalisent cette pétition avec violence et c'est tout ce contre quoi je lutte, aussi j'ai décidé de la retirer.

Ce dont je suis certaine c'est que ma démarche contre la déplorable détestation des patrons et mon inquiétude sur l'économie telle qu'elle est enseignée ont eu le mérite de soulever un vrai débat sur un sujet qui n'est pas abordé.

La candidature à la Présidence de la République n'exige-t-elle pas, et c'est valable pour tous les candidats, un respect de tous les Français quels qu'ils soient, même des patrons ?  N'exige-t-elle une certaine retenue dans les propos accusateurs et de  s'imposer  de ne proférer aucune incitation à la haine, ostracisant des catégories de la population ? J'espère que c'est ce que vous dites à vos élèves...


Sophie de Menthon

Sophie de Menthon est la présidente du mouvement patronal Ethic. Elle est également membre du conseil économique et social (CESE), et auteur de nombreux ouvrages pédagogiques ou de vulgarisation pour la jeunesse

 

http://www.sophiedementhon.fr/