Notre Dame de Paris ! Non à l'utilisation des impôts pour la solidarité



Nous sommes tous sous le choc, les images sont encore gravées dans nos têtes et dans nos cœurs, les prières n’ont pas fini de s’élever vers le ciel, que nous constatons l’horreur de la récupération.

L’incendie  qui  a détruit en partie la cathédrale Notre-Dame de Paris est à peine éteint que nous voyons fleurir à la fois les appels aux dons ce qui est magnifique, mais aussi les interventions malheureuses de certains élus en mal de reconnaissance. Dans un moment comme celui là, où l’ensemble de la communauté chrétienne prie pour cette cathédrale mais aussi pour le symbole que sa destruction représente la semaine sainte, récupérer politiquement est vulgaire pour ne pas dire plus.

 Dès hier soir, Emmanuel Macron dans un discours plein de retenue dans un moment pareil a affirmé « nous la recontruirons » puis immédiatement a donné les moyens d’une souscription Nationale. Jusque là rien d’anormal, le France entière malgré les nombreuses fractures peut s'en féliciter. Au même moment des fondations comme celle du patrimoine ont aussi lancé leurs propres souscriptions, c’est leur rôle.

 Par contre quand je constate que des élus, des maires en particulier, donnent sans compter l’argent des impôts locaux pour aider à la reconstruction, je dis NON.

 Nombre d’élus, qui après avoir tweeté plus vite que leur ombre, adressent un communiqué de presse pour dire que la ville, l’agglomération, le département, la région, vont donner des millions d'euros pour la reconstruction, je me pose légitimement des questions. Rien que d’avoir l’idée de donner a la solidarité nationale l’argent des contribuables, récolté pour le budget de la ville et de l’agglomération, c’est indigne.

 On peut comprendre l’émotion, on peut comprendre le désir d’aider dans un élan du cœur, la majorité des Français est dans cet état d’esprit. Par contre le don doit venir d’une action personnelle, fonction de ses moyens, pas de donner l’argent que l’on gère mais que l’on ne possède pas. Ces élus « bien pensant » et « généreux » doivent commencer par donner aux souscriptions nationales avec leurs propres deniers sans passer par l’impôt. Outre que ce genre de don avec les budgets de l’état devraient être interdit, on se demande comment cela peut venir à l’esprit d’un élu.

 Sans vouloir développer des arguments malsains, on ne peut quand même pas s’empêcher de penser que la récupération politique à l’arrivée des élections municipales est sous jacente.

Notre Dame doit revivre de ses cendres, c’est un fait, la symbolique de Pâques dans ce qu’elle a de magnifique, retour de la lumière et résurrection, doit suffire à combler le côté émotionnel et divin. Pour ce qui est de l’argent de la reconstruction nous devons là aussi faire confiance au monde entier pour nous aider, mais sans les marchants du temple.

Choquant aussi de constater les messages de haines envoyés aux grandes fortunes qui ont immédiatement donné beaucoup d’argent pour la reconstruction. Cette jalousie malsaine face à la fortune montre bien a quel point notre pays est malade. Leur reprocher de gagner de l’argent, puis leur reprocher d’en donner est ce qui se fait de plus imbécile dans notre pays.

Pour terminer, nous devons tous être vigilants à qui l’on donne. Les souscriptions et cagnottes vont fleurir elles aussi, les vraies et les moins honnêtes, soyez généreux mais soyez vigilants.


Patrick Crasnier

Patrick Crasnier est diplômé en sciences humaines 3eme cycle en psychopathologie, après de longues années passées en cabinet libéral comme psychanalyste, blessé lors d’un attentat terroriste cesse cette activité en 1995. Continue comme photojournaliste, journaliste radiophonique (activités menées conjointement avec celle de psychanalyste depuis 1983) puis comme journaliste rédacteur au journal Toulousain et à l’écho des entreprises. Actuellement photojournaliste correspondant pour l’agence de presse panoramic, participe ponctuellement comme éditorialiste a sud radio et rédacteur dans plusieurs revues.