Paris, ville ouverte

60,7 %
Sur le marché de l'occasion, 60,7% des véhicules vendus sont des
Diesel.

OPINION


Certains voient encore Paris comme une ville susceptible de rivaliser avec New York, Londres ou Singapour. La réalité est nettement moins reluisante : notre ville est devenue une vitrine sale et peu sûre où l’anarchie règne en maître.

Les trottinettes zigzaguent entre les piétons qui trébuchent sur des  trottoirs défoncés. Certains cyclistes  ne respectent rien et injurient les piétons qu’ils mettent en danger. Les cyclistes sont eux-mêmes menacés par des deux-roues agressifs piégés au milieu d’automobilistes que les embouteillages ininterrompus ont rendus hystériques… Bienvenue dans le monde des « transports doux et  apaisés » ! Il est temps de restaurer la qualité de vie des Parisiens. Rendons leurs déplacements moins conflictuels, plus pratiques et plus sûrs.
La proposition de l’équipe municipale sortante pour piétonniser les quatre premiers arrondissements menace Paris d’un déclassement irréversible. Anne Hidalgo a déjà à son actif le plantage dans le choix du nouveau prestataire Velib et l’abandon d’Autolib pourtant apprécié des Parisiens. Le choix anti-voitures est avant tout idéologique. Hidalgo souhaite éradiquer ce moyen de déplacement individuel et familial parce qu’elle le juge égoïste et « bourgeois ». Elle voulait peut-être réduire la pollution… Hélas,  elle a déployé volontairement une stratégie de bouchon permanent qui en est la première cause. Elle aurait pu facilement fluidifier la circulation aux carrefours et sur les grands axes pourrait grâce aux logiciels Smart City couplés aux caméras de vidéo protection et à la synchronisation de feux moins nombreux (Paris a le record du nombre de feux). Mais elle n’en a rien fait.
Attention à la publicité mensongère autour du zéro-voiture ! Piétonniser plus de 560 hectares parmi les plus denses au monde avec 100.000 habitants (20.000/km2, le double de Londres ou New York) sans compter les 200.000 personnes venant y travailler chaque jour et les touristes, bouleverserait inexorablement son tissu urbain.  Le déferlement d’un tourisme de masse aspiré par la possibilité de déambuler dans nos quartiers accélérerait leur transformation en un vaste centre commercial à ciel ouvert. La piétonisation partielle du centre entraîne déjà une hausse des baux commerciaux qui remplace les libraires et les commerces de bouche et de quartier par des vendeurs de colifichets touristiques et de macarons, des bars et de la restauration bas de gamme avec son lot de présentoirs et de terrasses envahissantes. La circulation des piétons y est paradoxalement devenue très difficile.  Il est impensable de laisser les choses en l’état.
La fête permanente qu’engendre la piétonisation nuit et jour se révèle bruyante, malodorante et salissante. Insupportable pour les habitants qui revendiquent le droit de pouvoir vivre sereinement. Les appartements se transforment en résidences secondaires de riches étrangers ou en locations saisonnières, tandis que les riverains déménagent pour retrouver ailleurs l’esprit village… et des rues modestement ouvertes à la voiture. C’est indéniable : la mixité sociale et économique passe par celle des modes de transport !
L’avenir de Paris ne peut se restreindre à un choix binaire  tout-voiture ou zéro-voiture. L’avenir est à l’articulation intelligente et régulée des différents modes de transport pour répondre au mieux aux besoins de chacun. Nous avons la chance de disposer d’un réseau exceptionnellement dense de métros et de bus. Avec Rachida Dati, nous voulons repenser l’ensemble du plan vélo, actuellement bricolé et parfois dangereux, en partant des axes vélopolitains (coordonnés avec la proche banlieue au lieu de s’arrêter au boulevard intérieur) jusqu’au stationnement toujours quasi-inexistant (gares, esplanades, marchés). Nous établirons un plan global de mobilité avec l’aide de cabinets reconnus, en récoltant l'avis des habitants du centre de Paris, et sans faire une croix idéologique sur les voitures. Et ce, en gardant à l’esprit que les nouvelles motorisations propres à venir feront progressivement disparaître les nuisances actuelles, bruit et pollution de l’air.
Conserver une place dédiée à la voiture est incontournable si nous voulons sauver la vitalité de Paris et préserver ses activités économiques d’excellence et ses emplois à haute valeur ajoutée. Artisans, commerçants, membres de la famille et amis venant de banlieue ou de province, pour chacun d’entre eux, les déplacements en voiture restent une nécessité économique et sociale si nous ne voulons pas couper le centre du reste de Paris et, plus largement, du Grand Paris.
Il est tout à fait envisageable de fermer des rues à proximité d’écoles, de piétonniser ou de bloquer la circulation de transit dans certaines rues si les habitants et commerçants de ces quartiers en font la demande. Mais pas question d’aller trop loin dans le cloisonnement si nous voulons que Paris reste une ville ouverte et vivante !

Aurélien Véron
Candidat aux municipales à Paris Centre (1er,2e, 3e et 4e arrondissements réunis) pour Rachida Dati

Cette rubrique est un espace contributif ouvert à toute personne physique communiquant son nom et ses coordonnées avec sa tribune, son avis d’expert, ou son article d’opinion. Ces articles sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur, qui se doivent de respecter les lois en vigueur en France régissant la liberté d’expression.


Aurélien Véron

Vice-président d’Objectif France, auteur du « Grand Contournement », Aurélien Véron est candidat à la mairie de Paris Centre regroupant les 4 premiers arrondissements de Paris pour Rachida Dati.