Préfets, appliquez la loi et « politicailleries ». Le 18h du 30 septembre 2020 de PolitiqueMatin.fr

20 %
Les expulsions d'étrangers en situation irrégulière ont augmenté de
20% en 2018.

Damarnin appelle les préfets à « appliquer strictement la loi » et « politicailleries ». Retour sur l'actualité politique du mercredi 30 septembre 2020.

Gérald Darmanin demande aux préfets « d'appliquer la loi »

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin a partagé sur Twitter, mercredi 30 septembre, un courrier adressé aux préfets, dans lequel il les enjoint à « appliquer strictement la loi et de reconduire systématiquement dans leur pays les étrangers qui, par leurs agissements, constituent une menace grave pour l'ordre public».

Une demande qui intervient quelques jours après l'attaque à l'arme blanche qui a eu lieu vendredi 25 septembre à Paris devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. Il y fait d'ailleurs référence sans les nommer en parlant des « événements survenus récemment (et) qui doivent vous inviter à la plus grande vigilance».

Guillaume Gontard élu président du groupe écologiste du Sénat

Le Palais du Luxembourg a accueilli un nouveau groupe, celui des écologistes. Ce dernier a choisi son nouveau président. Le sénateur de l'Isère Guillaume Gontard a été choisi pour présider le groupe. La sénatrice Parisienne Esther Benbassa était pourtant pressentie pour le rôle.

Son élection est une surprise, les sénateurs écologistes ont préféré un sénateur divers gauche, plutôt que l'une des leurs. C'est une déconvenue pour la sénatrice Esther Benbassa qui s'attendait à être élue. « Je connais bien le Sénat, je suis la plus ancienne sénatrice écologiste. » avait-elle déclaré ce mercredi 30 septembre peu avant le vote.

Critiques des mesures anti-Covid, Franck Ferrand dénonce des « politicailleries »

Le président de l'Assemblée nationale, Franck Ferrand a dénoncé mercredi 30 septembre 2020, « les politicailleries » qui ont surgi après les annonces anti-covid faites mercredi 23 septembre par le ministre de la santé Olivier Véran.

Selon lui, il est « tellement dérisoire de faire des politicailleries sur des sujets pareils (…) Le ministre a pris ses responsabilités, après on nous dit que ce n'est pas concerté. Ce n'est pas sérieux de le dire. ». Ainsi, il appelle les élus locaux à faire respecter les consignes même s'il comprend « l'émotion, la colère et l'angoisse ».