Présidentielle 2022 : Un premier tour sans vainqueur surprise

5 %
Pour obtenir le remboursement des frais de campagne il faut recueillir
au moins 5% des voix.

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle 2022, qui s’est tenu le 10 avril 2022, n’ont pas réellement réservé des surprises. Les deux vainqueurs sont finalement les mêmes qu’en 2017, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Malgré tout, le premier tour n’a pas manqué d’offrir quelques résultats plutôt intéressants.

Le front républicain contre Le Pen se reforme

L’élection présidentielle 2022 risque fort d’être une réédition de l’édition 2017 : Emmanuel Macron remporte le premier tour avec 27,60% des voix, tandis que Marine Le Pen arrive deuxième avec 23,41% des voix (selon les données le 11 avril 2022 au matin). Le duel Macron-Le Pen est donc de nouveau d’actualité pour le deuxième tour, comme ce fut le cas en 2017.

Et malgré l’espoir du Rassemblement national de voir se créer un « front républicain contre Emmanuel Macron », les indications de vote des candidats perdants laissent entendre que ce ne sera pas le cas. En-dehors d’Eric Zemmour, les appels à voter Emmanuel Macron se multiplient. Surtout, le président sortant a dès le 10 avril 2022 au soir obtenu le soutient du numéro 3 du premier tour, Jean-Luc Mélenchon.

Mélenchon échoue de peu, déception pour Zemmour

Jean-Luc Mélenchon sort renforcé de cette nouvelle élection présidentielle : troisième, il recueille près de 22% des voix, se retrouvant quasiment au même niveau que Marine Le Pen. Au point que jusque tard dans la nuit du 10 au 11 avril 2022, les équipes de La France Insoumise ont cru à un possible basculement du résultat, avant de concéder la défaite.

Pour Eric Zemmour, au contraire, c’est la déconvenue. Alors qu’il se voyait déjà au deuxième tour, il ne recueillera que 7% des voix. Tout juste suffisant pour se faire rembourser ses frais de campagne, mais largement insuffisant pour créer la surprise attendue.

Si Jean Lassalle bat le Parti Socialiste...

L’élection 2022 marquera surtout la fin des grands partis, qui doivent se reconstruire de zéro. Valérie Pécresse, candidat LR, ne dépasse pas les 5%… insuffisant pour rembourser les frais de campagne, et une grosse déconvenue pour le parti issu de la famille politique qui était encore à l’Elysée dix ans plus tôt.

Pire encore : le Parti socialiste. Ce dernier, représenté par Anne Hidalgo, recueille 1,74% des voix, du jamais vu. Relégué au stade de petit parti, il chute derrière Nicolas Dupont-Aignan (2,07%) ou encore Jean Lassalle (3,16%).


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio