Présidentielle : lettre ouverte aux candidats



La dissonance économique française, la tension économique européenne nous conduisent à regarder les autres comme des hommes avec lesquels nous partageons non seulement la France, mais surtout une communauté.

Nous sommes ces hommes liés entre eux par un lieu de vie commun et par un effort commun. Nous devons apprendre à partager au-delà d’une peur commune responsable d’un repli loin de l'autre, au delà d’un vide créé entre les uns et les autres.

Nous sommes unis par nos vies éphémères, toujours trop courtes et unis par la conscience de notre tâche responsable et unique. Notre effort doit être porté et non divisé par l’esprit de différence qui se propage dans notre campagne présidentielle. Aucun programme, aucune loi ne peut lutter et vaincre les croyances nées de la peur et destinées à diviser. Mais il est de votre responsabilité, de notre responsabilité collective de rappeler sans cesse que nous sommes des hommes unis par le partage d’instants de vie et que tous sans exception nous sommes à la recherche d’un bonheur que nous accomplirons par la multitude de nos différences.

Notre point commun à tous est la vie avec sa grandeur et son ultime fragilité. Chaque fois que la vie d’un Français est dégradée par un autre Français, au nom de la loi ou par défiance à la loi, par un homme isolé ou par un groupe, de sang-froid ou par passion, irrémédiablement nous déchirons ce tissu qu’est la vie d’un homme, tissé pour lui, pour sa famille, pour la collectivité. Chaque fois, nous sommes alors unis car la France toute entière est dégradée. Ne permettons jamais que la société française perde ses repères, ses classes sociales, doucement, brutalement, sûrement. Ne rendons pas notre communauté malade des illusions des faux discours.

Ne laissons pas s’installer le vide entre les uns et les autres mais soyons ceux qui créent une dynamique avec hauteur. Ne soyez pas ceux qui sont désignés, qui se succèdent mais qui laissent l’idée que rien ne change jamais. Ne divisez pas sur nos valeurs fondamentales. Présentez vos idées nouvelles et constructives, défendez-les mais n’oubliez jamais l’incontournable bienveillance que vous devez à l’autre. Une théorie fondée sur la peur relève de l’irresponsabilité.

Rassemblez et rassemblez sans relâche les Français, les hommes, les femmes qui sont le pays que vous aimez. C’est avec eux que vous pouvez définir ce que nous voulons vivre tous ensemble et l’avenir pour nos enfants. Inventez des projets qui rassemblent et non qui divisent et chaque Français apportera son engagement et son intelligence pour demain. Les Français n’attendent pas de promesses irréalistes, ils n’ont pas besoin de voir désignés les responsables des erreurs. Nous voulons changer le monde autour de nous dans une responsabilité collective. Epargnez-nous les peurs, peur économique, peur identitaire, peur du lendemain, les frustrations, les injustices et gagnez avec un projet juste dans une vision humaine, dynamique et maîtrisée de notre France. Ne divisez pas.


Jean-Luc Ginder

Jean-Luc Ginder est économiste et essayiste spécialiste de la macro économie ainsi que de l'économie de l'Energie. Il est l'auteur du livre « Phobiamanagement » mettant en avant les effets de la peur en économie et du livre « Réflexions Economiques » (Éditions Corps et Ame, février 2018).