Élections européennes : le mouvement ETHIC organise un grand débat avec les têtes de liste !

À l’approche des élections européennes, le mouvement ETHIC (Entreprises de Taille Humaine, Indépendantes et de Croissance) organise un grand débat, vendredi 5 avril 2024, avec les têtes de liste des différents partis sur la thématique suivante : Comment préserver la compétitivité et l’unité de l’Europe ? Sans langue de bois, et refusant tout tabou, ce grand débat sera mené par Sophie de Menthon, présidente du mouvement ETHIC, et Jean-Baptiste Giraud, directeur de la publication chez Économie Matin et fondateur de CVOX.

Axelle Ker
Par Axelle Ker Modifié le 22 mars 2024 à 18h00
mouvement ETHIC, débat, entreprise, avenir, élection européenne, 2024, compétitivité, Union européenne, Europe, normes, croissance, décroissance, 5 avril 2024, Cercle de l’Union Interalliée

Grand Débat Ethic Élection Européenne Entreprise 4 Avril 2024

La bataille pour les élections européennes a débuté bien avant que l'ensemble des têtes de liste ne soit officialisé par les différents partis. Le mouvement des agriculteurs en colère a permis de mettre en lumière bien des problématiques inhérentes au mille-feuille des normes européennes. Comme l'avait déclaré à l'occasion des manifestations agricoles,  Sophie de Menthon, présidente du mouvement ETHIC, mouvement qui, nous le précisions, n'est associé à aucun mouvement politique : « Il est grand temps d’écouter les entreprises en général au lieu de les mettre devant le fait accompli de décisions inadéquates et déconnectées du quotidien ».

Car oui, l'un des principaux enjeux derrière les élections européennes réside dans la capacité de l'Union européenne à assurer son avenir, et cela passe inévitablement par la compétitivité de ses entreprises. Or le développement de nos entreprises semble être devenu un sujet tabou -  surtout en France, au profit d'un nouveau pseudo sacro-saint : décroissance. Nonobstant, ses adeptes omettent une chose : sans croissance, il n'y a pas d'investissement, et sans investissement, il n'y a pas d'innovation. Et ne leur en déplaise, l'innovation est la seule voie capable de proposer des solutions concrètes, et sur le long terme, aux enjeux climatiques. Ne faisant pas signe d'appétence particulière pour cette voie, l'Union européenne préfère miser sur son administration pour faire respecter et appliquer ses engagements environnementaux.

La directive européenne CSRD (Directive sur les rapports de développement durable des entreprises), entrée en vigueur le 1ᵉʳ janvier 2024, en est une illustration parmi tant d'autres. Cette dernière impose aux grandes entreprises européennes de publier des indicateurs permettant d'évaluer leur impact sur l'environnement, tels que leurs émissions de gaz à effet de serre ou encore leur volume d'eau consommée ou les espaces naturels dégradés... Et loin de s'arrêter là, ces critères s'appliquent à l'ensemble de la chaîne de valeur de l'entreprise, c'est-à-dire à ses fournisseurs, ses distributeurs ou encore ses clients. Actuellement, seules les 11.700 plus grandes entreprises européennes sont soumises à cette nouvelle réglementation. D'ici à 2026, cette directive concernera 50 000 entreprises, et il n'est pas improbable que cette dernière finisse par être élargie à l'ensemble des entreprises européennes, leur ajoutant ainsi une énième charge administrative.

Comment alors préserver la compétitivité des entreprises européennes ? Et surtout, comment éviter que ces dernières ne soient tentées d'aller là où l'herbe semble plus verte ?

Des questions qui sont d'autant plus pertinentes du fait de la polarisation du monde qui s'intensifie. Entre l'Inflation Reduction Act (IRA) de l'administration de Joe Biden, qui courtise les entreprises extra-américaines, le renforcement de la concurrence chinoise, la guerre en Ukraine, ou encore la montée du sentiment anti-occidental, l'avenir des entreprises européennes devraient être un des, si ce n'est, le sujet prioritaire de ces prochaines élections européennes. Il en va de la compétitivité de nos entreprises, de l'Europe, et donc in fine, de notre souveraineté nationale.

Dans l'imminence de ce prochain scrutin qui appellera tous les Français à se déplacer dans les urnes le 9 juin 2024, le mouvement ETHIC propose un petit-déjeuner débat, le 5 avril 2024 au très prestigieux Cercle de l’Union Interalliée.

François Xavier Bellamy (LR), Jordan Bardella (RN), Léon Deffontaines (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France - DLF), Philippe Folliot (Ruralités, l'avenir dans le bon sens), Raphael Glucksmann (PS), Marion Maréchal (Reconquête), Jean Lassalle (Alliance Rurale), Valérie Hayer (Renaissance), Hélène Thouy (Parti animaliste) et Marie Toussaint (Écologiste) répondront aux questions sans filtre de Sophie de Menthon, présidente du mouvement ETHIC, et de Jean-Baptiste Giraud, directeur de publication d'Économie matin.

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE

Grand Débat Ethic Élection Européenne Avenir Entreprise 4 Avril 2024

Rendez-vous vendredi 5 avril 2024, de 8 h 30 à 10 h 30, au Cercle de l’Union Interalliée, situé 33 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris.

Axelle Ker

Diplômée en sciences politiques et relations internationales, journaliste chez Économie Matin & Politique Matin depuis septembre 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Élections européennes : le mouvement ETHIC organise un grand débat avec les têtes de liste !»

Laisser un commentaire

* Champs requis