Nahel : la droite dénonce les émeutes, la gauche les violences policières

Les réactions politiques à la suite de la mort de Nahel, un adolescent de 17 ans tué par un policier lors d’un contrôle routier à Nanterre le 27 juin 2023. Un fait qui a mis le feu aux poudres dans les banlieues, rappelant les événements de 2005.

Cropped Favicon.png
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 30 juin 2023 à 8h25
Nahel Emeutes Violences Mort Jeune France Reactions Politiques

Réactions de la gauche à la mort de Nahel

La mort de Nahel a suscité une vague d'indignation, en particulier à gauche. Les membres de la Nouvelle Union pour la Paix Sociale (Nupes) ont exprimé leur choc et leur colère, considérant ce drame comme une preuve supplémentaire de l'assertion selon laquelle "la police tue", un slogan régulièrement utilisé à gauche.

Marine Tondelier, la patronne d'Europe Écologie Les Verts (EELV), a été l'une des voix les plus fortes à s'élever contre l'incident. Elle a décrit l'incident comme "l'exécution sur la voie publique par un policier" d'un "gamin de 17 ans". Tondelier a dénoncé ce qu'elle considère comme "une américanisation de la police" et "un problème de racisme" au sein de ses rangs.

La réaction de Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, a été tout aussi forte. Selon lui, "cette police doit être entièrement refondée". Le parti a rappelé qu'il avait demandé en décembre une "commission d'enquête parlementaire sur l'augmentation des décès suite à des refus d'obtempérer".

Réactions de la droite et de l'extrême droite à la mort de Nahel

La droite et l'extrême droite ont adopté une position différente. Pour eux, il y a une corrélation entre violences, délinquance et immigration incontrôlée. Le parti du Rassemblement National, en particulier, a soutenu les policiers et les syndicats de policiers, appelant à la présomption d'innocence pour les policiers et estimant que les forces de l'ordre sont confrontées à des comportements de plus en plus violents.

Éric Ciotti, le leader de Les Républicains, a déclaré que "c'est à la justice de faire son travail" et que cela ne change rien au soutien que l'on doit apporter à ceux qui nous protègent.

Marine Le Pen, la leader du Rassemblement National, a qualifié les propos de Macron d'"irresponsables" et l'a accusé d'oublier les principes constitutionnels. Selon elle, Macron est prêt à oublier ces principes pour tenter d'éteindre un potentiel incendie, en référence à la flambée de violences urbaines qui a suivi le décès de Nahel.

Réactions du gouvernement à la mort de Nahel

Emmanuel Macron, le président de la République française, a jugé "inexplicable" et "inexcusable" le décès de Nahel lors d'un contrôle routier. Il a insisté sur le fait que "rien, rien ne justifie la mort d'un jeune".

En écho à ces propos, Élisabeth Borne, la Première ministre, a parlé d'une "exigence absolue de vérité". Elle a déclaré que "les images choquantes" diffusées sur les réseaux sociaux "montrent une intervention qui n'est manifestement pas conforme aux règles d'engagement de nos forces de l'ordre".

Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, a confirmé que "des sanctions seront prises contre un policier".

Réactions des syndicats de police à la mort de Nahel

Les syndicats de police ont réagi avec colère aux déclarations du président Macron. Alliance et SGP-FO ont tous deux réclamé "le droit à la présomption d'innocence" pour les policiers. Alliance Police a déclaré qu'il était inconcevable que le président de la République et certains responsables politiques "bafouent la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la Justice en condamnant nos collègues avant même que celle-ci ne se prononce".

Cropped Favicon.png

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Nahel : la droite dénonce les émeutes, la gauche les violences policières»

Laisser un commentaire

* Champs requis