Paris : Hidalgo prépare la baisse de vitesse sur le périphérique

Un changement de cap s’annonce pour le périphérique parisien : à partir de septembre 2024, la vitesse sera limitée à 50 km/h. Cette mesure, annoncée par Anne Hidalgo, maire de Paris, fait partie du plan climat 2024-2030 de la ville. Mais qu’est-ce que cela signifie pour les automobilistes et pourquoi cette décision a-t-elle été prise ?

Cropped Favicon.png
Par Grégoire Hernandez Modifié le 23 novembre 2023 à 12h14
periphérique-paris-vitesse-hidalgo-voiture

Une nouvelle réduction de la vitesse sur le périphérique

L'annonce d'Anne Hidalgo de réduire la vitesse sur le périphérique parisien à 50 km/h s'inscrit dans une démarche plus large de lutte contre la pollution. C'est un objectif majeure pour la maire de Paris de son mandat. Dan Lert, adjoint en charge de la transition écologique, met en avant les préoccupations sanitaires. Par exemple les crises d'asthme chez les enfants habitant près du périphérique. Cette mesure de réduction de la vitesse autorisée sur le périphérique parisien n'est pas une première. La vitesse a été abaissée de 90 à 80 km/h en 1993, puis à 70 km/h en 2014. Le nouveau plan vise à réduire davantage la pollution environnementale et sonore, tout en augmentant la sécurité routière.

La limitation de vitesse à 50 km/h sur le périphérique parisien, effective dès le 14 septembre 2024, représente un changement significatif pour les conducteurs. Actuellement, la vitesse médiane sur le périphérique est de 50 km/h en journée. Elle varie entre 30 et 45 km/h aux heures de pointe, et monte à 60 km/h la nuit. Avec ces chiffres-là, cette nouvelle limitation pourrait donc ne pas être aussi contraignante qu'elle paraît. Elle vise à uniformiser la circulation et à renforcer la sécurité. Mais le simple fait d'être encore limité pourrait contrarier certains automobilistes.

Un changement après les JO

La transformation du périphérique est prévue pour coïncider avec la fin des Jeux Olympiques de 2024, où du beau monde défilera dans les rues de la capitale. Une "voie olympique", utilisée pendant les jeux, sera convertie en voie dédiée au covoiturage et aux transports en commun. Ce changement s'aligne avec le projet global de la ville pour promouvoir une mobilité plus durable et réduire l'empreinte carbone. La mairie essaye déjà depuis de nombreuses années, avec notamment les journées sans voitures.

La réduction de la vitesse sur le périphérique s'insère dans un plan climat ambitieux pour Paris, incluant la sortie des énergies fossiles et la rénovation des bâtiments publics. La ville de Paris souhaite clairement devenir à court terme un modèle en matière de développement urbain durable et de qualité de vie pour ses résidents.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Paris : Hidalgo prépare la baisse de vitesse sur le périphérique»

Laisser un commentaire

* Champs requis