Raphaël Glucksmann dans la course pour les élections européennes

Le 15 décembre, Raphaël Glucksmann, député européen de Place Publique, a marqué les esprits lors de son passage dans “L’invité politique” sur Sud Radio, animé par Jean-Jacques Bourdin. Au cœur des discussions : sa tête de liste pour les prochaines élections européennes, les enjeux majeurs pour l’Union européenne, et ses perspectives sur la Hongrie et Israël.

Adelaide Motte
Par Adélaïde Motte Publié le 15 décembre 2023 à 10h52
europe

Raphaël Glucksmann une liste de "surprise" aux élections européennes

Raphaël Glucksmann aborde avec passion sur Sud Radio les élections européennes du 9 juin 2024. Il promet une liste qui va « faire la surprise de cette élection ». Il souligne l'importance historique de ces élections, les considérant comme un moment décisif pour l'avenir de l'Union européenne. « Il y a un vrai moment historique de bascule », affirme-t-il, mettant en lumière la crise actuelle et la nécessité d'une réponse forte et unie.

Plusieurs partis et têtes de liste se dessinent déjà. Reconquête! a annoncé Marion Maréchal comme tête de liste, le Rassemblement National, sera probablement mené par Jordan Bardella. Quant à La République En Marche, la tête de liste n'est pas encore annoncée. A gauche, si l'on sait déjà que la Nupes ne portera pas de liste commune, on ignore encore quelles seront les têtes de liste.

La Hongrie prend l'Europe en "otage"

Raphaël Glucksmann aborde également la position de la Hongrie vis-à-vis de l'Ukraine. Il critique sévèrement la Hongrie pour retenir « en otage l’ensemble du continent européen » en s'abstenant lors du vote sur l'aide européenne à l'Ukraine. La Hongrie a hier soir mis son veto à une nouvelle aide de 50 milliards d'euros à l'Ukraine. Un acte loin d'être négligeable, alors que les Etats-Unis ont quelques réticences à accorder l'aide de 60 milliards de dollars que Zelensky leur a demandé. Certains élus républicains bloquent la décision au Congrès. Pour Viktor Orban, il s'agit d'abord de ne pas partager la responsabilité de la guerre, probablement pour ne pas se mettre en porte-à-faux avec un voisin russe qui fournit la Hongrie en gaz.

Viktor Orban accuse également l'Ukraine d'être « l'un des pays les plus corrompus du monde », et freine pour cela son adhésion à l'Union européenne. En effet, les critères d'entrée comprennent justement la lutte contre la corruption. Raphaël Glucksmann critique enfin la politique de Benyamin Netanyahou, notamment en ce qui concerne Gaza et les colonies en Cisjordanie. Il souligne la nécessité de trouver un équilibre entre la lutte contre le terrorisme et le respect des droits des Palestiniens, tout en critiquant les positions de Jean-Luc Mélenchon sur Israël.

Adelaide Motte

Diplômée en géopolitique, Adélaïde a travaillé comme chargée d'études dans un think-tank avant de rejoindre Economie Matin en 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Raphaël Glucksmann dans la course pour les élections européennes»

Laisser un commentaire

* Champs requis