Sylvain Maillard ne veut pas de la loi immigration du Sénat

Sylvain Maillard, député de Paris et président du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, s’est récemment exprimé sur Sud Radio. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin dans l’émission “L’invité politique”, Maillard a abordé l’antisémitisme, la situation des otages français, la position de la France Insoumise, et la loi immigration.

Adelaide Motte
Par Adélaïde Motte Modifié le 13 novembre 2023 à 11h34
Sylvain Maillard

La marche contre l'antisémitisme, bonne occasion de ne pas se remettre en question ?

Sylvain Maillard a décrit sur Sud Radio la marche contre l'antisémitisme comme « un succès pour la République, un sursaut ». Cette initiative, ayant rassemblé environ 200 000 personnes, est vue par lui comme la preuve d'une prise de conscience collective. Cependant, face aux critiques d'Éric Zemmour et Éric Ciotti, qui ont accusé le gouvernement d'utiliser cet événement pour éviter les vrais enjeux politiques, Maillard répond que « les politiques en général, nous parlons trop, nous devons être efficaces ». Selon lui, la marche n'était pas le lieu de prises de parole politiques.

La marche contre l'antisémitisme et la prétendue décence qui doit l'accompagner n'ont-elles pas bon dos ? L'attitude de Sylvain Maillard semble ignorer les réclamations légitimes de l'opposition, qui cherche à discuter de problèmes plus profonds liés à l'antisémitisme et à son impact sur la société française. Il est ainsi légitime de demander une étude sur les auteurs des actes antisémites afin de mener une action plus efficace. Or, il semblerait que ces auteurs soient principalement issus de l'immigration, ce qui engendre des questions sur la responsabilité des gouvernements qui ont laissé venir cette immigration. Comment ne pas rapprocher les cris d'orfraie de la majorité des accusations de récupération qui fleurissent après chaque assassinat d'un Français par une personne issue de l'immigration, voire en situation irrégulière ? Dans les deux cas, le gouvernement évite de répondre aux critiques sérieuses en se réfugiant derrière des déclarations de principe, sans aborder les enjeux sous-jacents qui alimentent ces débats.

Loi immigration : le Sénat a-t-il son mot à dire ?

Sur la question de la loi immigration, Maillard est catégorique : « Nous ne voulons pas de ce qu'a voté le Sénat ». Il souligne notamment la nécessité de l'Aide Médicale d'Etat (AME), en affirmant que « nous avons besoin d'une AME, c'est très important d'un point de vue humain ». Sa position témoigne d'une approche humaniste envers l'immigration, cherchant à améliorer les procédures tout en préservant les droits fondamentaux. En revanche, elle occulte les difficultés financières du pays, qui doit à tout prix chercher où faire des économies, et pourrait aller les chercher du côté de l'Aide médicale d'Etat.

Sylvain Maillard ne veut pas de l'avis du Sénat, et annonce que des réflexions sont déjà en court pour proposer de nouvelles rédactions du texte. N'y a-t-il pas là une mauvaise utilisation du processus législatif ? Au fond, à quoi sert le Sénat si tout ce qu'il propose est immédiatement retoqué ? Sylvain Maillard, qui affirme que son groupe n'a pas de totems dans le projet de loi immigration, n'a peut-être pas tout à fait conscience des opinions du reste de son groupe. À l'entendre, il semble bien au contraire que la régularisation des travailleurs sans-papiers et le maintien d'une Aide médicale d'Etat soient des totems que personne ne veut lâcher.

Adelaide Motte

Diplômée en géopolitique, Adélaïde a travaillé comme chargée d'études dans un think-tank avant de rejoindre Economie Matin en 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Sylvain Maillard ne veut pas de la loi immigration du Sénat»

Laisser un commentaire

* Champs requis