Assurance-chômage : Yaël Braun-Pivet contre une nouvelle réforme

La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, exprime son désaccord face à une nouvelle réforme de l’assurance-chômage. Selon elle, les pistes pour dégager des recettes fiscales sont ailleurs.

Cropped Favicon.png
Par Cédric Bonnefoy Publié le 2 avril 2024 à 10h30
assurance-chomage-braun-pivet-contre

Yaël Braun-Pivet contre une modification de l’assurance-chômage

C’est une voix dissonante au sein de la majorité présidentielle, celle de la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet. Invitée ce matin sur France Info, elle s’oppose à une nouvelle réforme de l’assurance-chômage, pourtant voulue par le gouvernement. Interrogée sur la question, elle estime ne « pas être à l’aise » avec l’idée d’une nouvelle modification de la durée d’indemnisation des chômeurs. Un pied de nez au Premier ministre Gabriel Attal.

Ce dernier souhaite résoudre la complexe équation budgétaire des finances publiques françaises via le travail. Le principal levier à actionner, selon lui : durcir une nouvelle fois les conditions pour toucher l’assurance-chômage. Dans l’espoir, peut-être, de ramener plus de personnes vers le marché de l’emploi. Une variable nécessaire pour dégager des recettes via les cotisations sociales et patronales et tendre vers le plein emploi d’ici à 2027.

D’autres pistes de recettes

Autre argument mis sur la table par Yaël Braun-Pivet concernant l’assurance-chômage : le nombre de réformes. Depuis 2019, les critères ont été modifiés trois fois par le gouvernement. La présidente de l’Assemblée nationale estime qu’il faudrait attendre d’avoir les premiers résultats des précédents changements avant de vouloir encore modifier les règles. Cette sortie symbolise un nouveau courant en train d’émerger au sein de la majorité : pour remettre de l’ordre dans les comptes publics, taper sur les chômeurs n’est pas la seule option sur la table.

De son côté, Yaël Braun-Pivet estime que, par principe, il ne faut rien s’interdire, y compris d’augmenter les impôts. Attention, la présidente de l’Assemblée nationale reste dans la ligne fixée par le gouvernement. À savoir, pas question de demander un effort supplémentaire aux classes moyennes ou aux entreprises. Son idée : taper au porte-monnaie des multinationales en taxant « les superdividendes ou les superprofits ». Mais attention, il s’agirait de quelque chose « d’exceptionnel ».

Cropped Favicon.png

Cédric Bonnefoy est journaliste.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Assurance-chômage : Yaël Braun-Pivet contre une nouvelle réforme»

Laisser un commentaire

* Champs requis