Handicap : remboursement des fauteuils roulants, un député lance une pétition

Sébastien Peytavie, député de Dordogne affilié à la NUPES, lui-même en situation de handicap, a lancé, depuis le 24 janvier 2024, une pétition afin que le gouvernement tienne sa promesse de mettre en place le remboursement intégral des fauteuils roulants.

Axelle Ker
Par Axelle Ker Publié le 7 février 2024 à 15h55
fauteuils roulants, pétition, remboursement, 100%, handicap, personne en situation de handicap, Emmanuel Macron, Gabriel Attal

Fauteuils roulants : une pétition pour faire pression sur le gouvernement

Sébastien Peytavie, député de Dordogne et membre de la NUPES, a pris l'initiative de lancer une pétition exigeant le remboursement intégral des fauteuils roulants par l'Assurance Maladie, répondant ainsi à une promesse non tenue du président Emmanuel Macron. Cette promesse, faite lors de la Convention nationale pour le handicap en avril 2023, visait à améliorer significativement la vie des personnes en situation de handicap en leur rendant leur autonomie, et donc de fait, leur dignité. La pétition, qui a déjà recueilli plus de 50.000 signatures sur un objectif de 75.00 depuis son lancement le 24 janvier 2024, met en évidence la déception des 383.000 Français concernés.

Sébastien Peytavie a par ailleurs mis en avant les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes en situation de handicap, qui sont souvent contraintes de lancer des cagnottes en ligne pour financer leur fauteuil roulant. « Ce n'est pas du luxe, mais de dignité et d'autonomie des personnes. Cette dignité, les personnes en situation de handicap la payent aujourd'hui de leur poche ». Aujourd'hui, près de 15.000 Français, faute de moyens, optent pour des fauteuils qui ne sont pas adaptés à leur situation de handicap.

Des conditions de remboursement jugées insuffisantes

Les fauteuils roulants, nécessitant souvent des adaptations spécifiques qui font rapidement monter leur prix qui peuvent s'élever à 300 euros pour les modèles les plus basiques, et grimper jusqu'à 40.000 euros pour les modèles les plus sophistiqués. Malgré les annonces, et un relèvement des plafonds, les conditions de remboursement restent insuffisantes. « C’était une belle surprise, mais nous sommes restés très vigilants. En fait, ils ont fait comme pour les lunettes. Un seul modèle est remboursé en intégralité. », assène Sébastien Paytavie. Le député a par ailleurs tenu à souligner l'illogisme des conditions de remboursement qui excluent les fauteuils adaptés aux besoins spécifiques des personnes handicapées : « Par exemple, pour un fauteuil manuel, le plafond est de 2.600 euros (18.000 euros pour un électrique). Si on dépasse d’un euro, on n’a pas de remboursement » a ainsi déploré le député.

« Au-delà du nombre, il y a de belles personnes qui ont signé, des gens comme Joël Jeannot [l’ancien champion paralympique d’athlétisme et de cyclisme] ainsi que pas mal de personnes qui sont partie prenante de l’organisation des Jeux paralympiques de Paris », s'est félicité le Sébastien Peytavie. Son initiative a par ailleurs été relayée par les médias et est soutenue par de nombreuses associations, notamment l'APF France Handicap, qui tente par tous les moyens de faire pression sur le gouvernement, et plus particulièrement sur le Premier ministre. Gabriel Attal, à l'occasion de son discours de politique générale, avait en effet réitéré la promesse du président en affirmant sa volonté d'accompagner ces citoyens « en toutes circonstances ». Sébastien Peytavie l'a ainsi directement interpellé lors d'une séance de Question au gouvernement (QAG) à l'Assemblée nationale, et lui a adressé une lettre afin de lui demander une implication active dans les négociations concernant le remboursement des fauteuils roulants.

Axelle Ker

Diplômée en sciences politiques et relations internationales, journaliste chez Économie Matin & Politique Matin depuis septembre 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Handicap : remboursement des fauteuils roulants, un député lance une pétition»

Laisser un commentaire

* Champs requis