Remaniement, IVG, fin de vie… les gros dossiers de Macron pour 2024

L’année 2024 s’annonce bien chargée pour le président de la République, Emmanuel Macron. Avec des rumeurs d’un éventuel remaniement, le président garde en ligne de mire les élections européennes.

Axelle Ker
Par Axelle Ker Modifié le 9 janvier 2024 à 9h58
Emmanuel Macron, Président de la République, France, IVG, fin de vie, projet de loi, remaniement, voeux, 2024, élection européenne, Jeux Olympique, sécurité, Saint-Sylvestre, Elisabeth Borne, Conseil des ministres, Première ministre, gouvernement

Emmanuel Macron, les dossiers brûlants de l'année 2024

« L'action n'est pas une option », a déclaré le président à l'occasion de ses vœux pour la Saint-Sylvestre. L'année 2024 s'annonce en effet bien chargée pour le président français, Emmanuel Macron. Alors que la rumeur d'un remaniement gouvernemental va bon train depuis plusieurs semaines, les vœux du président à l'occasion de la Saint-Sylvestre et le report du premier Conseil des ministres du 3 au 10 janvier n'ont fait qu'alimenter les spéculations. Les enjeux sont de taille, notamment avec la question épineuse de la Constitutionnalisation de l'IVG, un projet de loi attendu en seconde lecture à l'Assemblée nationale le 24 janvier. Le gouvernement cherche un « juste équilibre » et est soutenu par les députés de La France insoumise, qui ont retiré leur proposition de loi pour s'aligner sur celle du gouvernement. Parallèlement, le dossier sensible de la fin de vie prend une place centrale après l'avis favorable de la convention citoyenne. « Nous devons parachever le modèle français des soins palliatifs, en continuant à investir, en corrigeant les inégalités qui existent dans nos territoires », avait ainsi déclaré le président à la fin du mois de décembre 2023. En ce sens, Emmanuel Macron a promis une loi pour le mois de février 2024. « Cette loi traitera nos compatriotes en âge adulte qui ont leur discernement et qui ont des maladies incurables avec des souffrances qu'on appelle réfractaires aux traitements », a-t-il précisé.

La préparation des Jeux Olympiques qui se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024 attire également tous les regards et les inquiétudes. Le dispositif de sécurité déployé sur le territoire, pour la Saint-Sylvestre, qui comptait plus de 90 000 forces de l'ordre (dont 6.000 rien que pour Paris), 5.000 militaires de l'opération Sentinelle, des hélicoptères et des drones, était en quelque sorte un premier test en vue des Jeux Olympique. Le ministre de l'Intérieur s'est félicité qu'il n'y ait eu que 745 voitures, brûlées, soit 10 % de moins de par rapport à l'année 2022 et 40 % de moins de forces de l'ordre blessées pour un total de 380 interpellations. Le président Emmanuel Macron avait quant à lui déclaré le 20 décembre 2023 que « tout était fait pour que tout soit prêt en termes de sécurité », mais il a tout de même fait savoir qu'un plan B avait été préparé pour la cérémonie d'ouverture. Pas sûr que cela rassure les Français, et encore moins les Franciliens. « C'est un événement qui se fera dans les meilleurs standards de sécurité, d'accompagnement. Et donc on prévoit tous les scénarios et on s'adaptera à tous les scénarios. Mais ça ne doit pas nous empêcher de rêver. Et moi, j'ai bon espoir qu'on puisse rêver jusqu'au bout », a conclu le président.

Un possible remaniement sous couvert d'élections européennes

L'un des points les plus notables des vœux du président Emmanuel Macron à l'occasion de la Saint-Sylvestre, en dehors de la difficulté à trouver la place du drapeau français, ce sont les remerciements appuyés adressés à la Première ministre, Élisabeth Borne. En soulignant son « travail » et son « engagement », le président a semblé rendre hommage à ses efforts et à sa loyauté tout au long de périodes particulièrement tumultueuses. Parmi les noms qui circulent pour un éventuel remaniement, certains se démarquent. Gérald Darmanin est souvent mentionné, lui qui « lorgne pourtant sur la fonction depuis des mois ». D'autres, comme Bruno Le Maire, Christophe Béchu, ou Sébastien Lecornu, sont également cités. Toutefois, comme l'indique un membre de la majorité, malgré les rumeurs et les spéculations, une chose reste claire : « Emmanuel Macron est imprévisible. Il est capable de renverser la table et de virer tout le monde, mais il est aussi capable de continuer avec les mêmes ». Un remaniement ne serait pas anodin et aurait des conséquences sur les élections européennes prévues le 9 juin 2024, élections pour lesquelles Renaissance n'a toujours pas de tête de liste.

Plus les jours et les semaines avancent, plus le gouvernement semble perdre du terrain face à Jordan Bardella, président du Rassemblement national, qui ne cesse de progresser dans les sondages avec 27 % des intentions de vote en décembre 2023, contre 19 % pour une liste Renaissance. L'exercice semble délicat pour le Président de la République. Plusieurs noms se détachent des autres, tels que celui du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, la Première Ministre, Élisabeth Borne, ou encore le Secrétaire général du parti Renaissance Stéphane Séjourné, qui est également eurodéputé. La majorité présidentielle est consciente de la nécessité de consolider sa base et de définir un message clair. Emmanuel Macron en est-il pour autant capable ? Ces vœux pour la Saint-Sylvestre semblent bien loin d'avoir convaincu les Français, et les critiques se sont faites bien vives, tous bords politiques confondus. « À l’image d’un drapeau français perdu dans un décor sans âme, Emmanuel Macron se noie dans ses mensonges, inventant un pays sans crise du pouvoir d’achat ou sans violence », a ainsi vilipendé Marine Le Pen sur X. Même tonalité pour le sénateur écologiste Ian Brossat, qui a estimé sur BFMTV que le « président de la République vit dans un monde parallèle ».

Axelle Ker

Diplômée en sciences politiques et relations internationales, journaliste chez Économie Matin & Politique Matin depuis septembre 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Remaniement, IVG, fin de vie… les gros dossiers de Macron pour 2024»

Laisser un commentaire

* Champs requis