Emeutes : un maire lie les réparations à la dénonciation des coupables

La décision du maire de Saint-Gratien de lier la réparation des infrastructures détruites lors des récentes émeutes à la dénonciation des casseurs fait débat au sein de la communauté locale. Tandis que certains habitants et élus d’opposition s’opposent à cette mesure jugée injuste, d’autres soutiennent l’initiative, estimant qu’il est temps de mettre fin à l’impunité.

Adelaide Motte
Par Adélaïde Motte Publié le 7 juillet 2023 à 14h33
émeutes

L'opposition veut les réparations sans la dénonciation

Les habitants de Saint-Gratien ne comprennent pas la décision du maire LR. Dans une lettre envoyée aux résidents de la cité des Raguenets, où ont eu lieu les émeutes, il annonçait conditionner les réparations des infrastructures détruites à la dénonciation des casseurs. Certains considèrent cette mesure comme une forme de chantage injuste, qui pénalise l'ensemble de la communauté pour les actes d'une minorité. Selon eux, « il faut réparer, c'est normal », et il est impossible que les casseurs soient dénoncés, notamment parce qu'ils portaient cagoules.

Les élus d'opposition se sont également élevés contre cette initiative, la considérant comme une atteinte aux principes fondamentaux de la justice et de l'égalité. Selon eux, il revient aux autorités compétentes de mener les enquêtes et de punir les responsables des actes de vandalisme, sans mettre en péril la réparation des infrastructures indispensables à la vie quotidienne des habitants, qui sont déjà pénalisés par les pillages et les destructions. Certains soulignent également le risque de stigmatisation et de délation que cette mesure pourrait engendrer. Ils estiment que la pression exercée sur les habitants pour dénoncer les casseurs peut conduire à des accusations injustes et à la division de la communauté.

Fatigués des émeutes, certains habitants soutiennent le maire

Néanmoins, il existe aussi des habitants qui soutiennent la décision du maire de Saint-Gratien et estiment qu'il est temps de mettre fin à l'impunité des casseurs. Pour ces résidents, les émeutes récentes ont engendré d'importants dégâts, paralysant certaines infrastructures essentielles à la vie de la commune. Ils considèrent que la dénonciation des casseurs est un moyen efficace de prévenir de futurs actes de violence et de garantir la sécurité de tous.

Selon eux, certains casseurs, s'ils sont "du secteur", peuvent être connus de certains, ce qui permettrait de les dénoncer et, après une enquête de police qui confirmerait leur culpabilité, éviterait que de semblables événements se reproduisent. Ils approuvent le maire qui explique dans sa lettre que les habitants "ne sont plus prêts à payer les dégradations perpétrées par des bandes de jeunes mineurs que les parents ne surveillent pas".

Pour Julien Bachard, maire de Saint-Gratien, l'annonce est largement motivée par des considérations financières : la cité des Raguenets est celle qui a bénéficié du plus de soins et de moyens, et les dégâts demandent des réparations pour le moment bien trop chères pour le budget de la ville.

Adelaide Motte

Diplômée en géopolitique, Adélaïde a travaillé comme chargée d'études dans un think-tank avant de rejoindre Economie Matin en 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Emeutes : un maire lie les réparations à la dénonciation des coupables»

Laisser un commentaire

* Champs requis