Perquisition à la mairie d’Édouard Philippe au Havre : le conflit d’intérêt qui tombe mal

Visé par une enquête pour soupçons de conflit d’intérêt dans le cadre d’un marché public, Edouard Philippe, ex-Premier ministre, a subi des perquisitions à la mairie du Havre mercredi 3 avril.

Adelaide Motte
Par Adélaïde Motte Publié le 3 avril 2024 à 19h30
Edouard Philippe

Edouard Philippe au coeur d'un conflit d'intérêts ?

En juillet 2023, l'ancienne directrice générale adjointe de la communauté urbaine avait déposé une plainte auprès du parquet national financier (PNF) pour soupçon de prise illégale d'intérêts, favoritisme, détournement de fonds publics et harcèlement moral. L'affaire concerne notamment l'exploitation de la Cité numérique du Havre, pour laquelle on soupçonne un contournement des règles de passation des marchés publics. Stéphanie de Bazelaire, adjointe au maire chargée de l'innovation et du numérique, et Claire-Sophie Tasias, directrice générale des services de la communauté urbaine, sont également visées.

Le 30 juillet 2020, une convention pluriannuelle était cosignée, où Edouard Philippe tenait le rôle de président de la communauté urbaine et Stéphanie de Bazelaire celui de présidente bénévole de LH French Tech. Cet accord permettait à l'association LH French Tech, active depuis l'élection d'Edouard Philippe, d'exploiter la Cité numérique du Havre, avec des bénéfices financiers évidents à la clé. Or, cette association est dirigée par Stéphanie de Bazelaire et domiciliée chez elle.

La politique derrière la plainte

La plaignante venait de perdre son poste à la métropole le Havre Seine Métropole, et il est difficile de savoir dans quelle mesure son accusation relève d'une guerre personnelle, d'ambitions politiques ou de réels soupçons. Quoi qu'il en soit, la métropole a annoncé se tenir à disposition de la justice pour toute l'enquête et les trois mis en cause n'ont tenu aucune position publique sur le sujet.

Après trois ans comme Premier ministre, de 2017 à 2020, années notamment marquées par la crise des Gilets Jaunes et le début du Covid-19, Edouard Philippe était retourné en son fief du Havre, où il avait réussi à se faire élire maire. Son nom circule actuellement comme potentiel candidat à l'élection présidentielle de 2027. Cette perquisition pourrait soit entacher sa réputation, soit, paradoxalment, renforcer son image auprès de ses soutiens, en fonction des résultats de l'enquête.

Adelaide Motte

Diplômée en géopolitique, Adélaïde a travaillé comme chargée d'études dans un think-tank avant de rejoindre Economie Matin en 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Perquisition à la mairie d’Édouard Philippe au Havre : le conflit d’intérêt qui tombe mal»

Laisser un commentaire

* Champs requis