Les déclarations du chef d'état-major des Etats-Unis !!

35 %
Le FMI table sur une contraction de 35% du PIB ukrainien.

Hier, je vous ai évoqué rapidement et brièvement via un extrait vidéo les propos tenus par le chef d’état-major de l’armée américaine.

Nous parlons ici du plus haut gradé de l’armée.

Il était auditionné il y a à peine quelques jours par la Commission des services armés de la Chambre des représentants, l’équivalent de notre assemblée nationale si l’on peut oser la comparaison.

CNN en a fait un article que je vous traduis rapidement ici pour que vous puissiez en prendre lecture.

Je persiste à penser que nous sommes dans une situation très compliquée, tellement compliquée que, pour le moment aucune des parties en présence n’a intérêt à trouver un accord et c’est la raison pour laquelle, bien évidemment, les affrontements se poursuivent en Ukraine, premier front d’une guerre mondiale pour la domination qui ne dit pas encore tout à fait son nom.

Source CNN pour l’article original ici.

Le plus haut gradé de l’armée américaine a déclaré mardi aux législateurs que le monde devient plus instable et que « le potentiel de conflit international important augmente, et non pas diminue. »

Le président des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, et le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, ont comparu devant la commission des services armés de la Chambre des représentants dans le cadre de leur premier témoignage devant le Congrès depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les deux chefs d’état-major du Pentagone ont déclaré que les menaces de la Russie et de la Chine restaient importantes, tout en défendant l’approche américaine de la guerre et le flux d’armes que les États-Unis envoient en Ukraine.

Milley a déclaré que l’invasion de l’Ukraine par la Russie est « la plus grande menace pour la paix et la sécurité de l’Europe et peut-être du monde » depuis 42 ans qu’il sert dans l’armée américaine, mais il a ajouté qu’il était « encourageant » de voir le monde se rallier à l’Ukraine.

« L’invasion russe de l’Ukraine menace de saper non seulement la paix et la stabilité européennes, mais aussi la paix et la stabilité mondiales pour lesquelles mes parents et une génération d’Américains se sont battus si fort », a déclaré Milley.

« Nous sommes maintenant confrontés à deux puissances mondiales : La Chine et la Russie, qui disposent toutes deux d’importantes capacités militaires et qui ont l’intention de changer fondamentalement les règles de l’ordre mondial actuel », a ajouté M. Milley. « Nous entrons dans un monde qui devient plus instable et le potentiel de conflit international important augmente, et non pas diminue. »

Lors de l’audition, les législateurs des deux partis se sont concentrés sur les armes fournies à l’Ukraine et ont demandé si l’on pouvait faire davantage, l’Ukraine ayant continué à demander des capacités supplémentaires.

« L’une des plus grandes questions que nous aurons au sein de cette commission est : « Comment pouvons-nous faire plus ? ».

Le président de la commission des services armés de la Chambre des représentants, Adam Smith, un démocrate de l’État de Washington, a déclaré au début de l’audience. « Comment pouvons-nous nous assurer que nous faisons absolument tout ce que nous pouvons pour les aider ? ».

Le représentant Mike Rogers de l’Alabama, principal républicain du panel, a déclaré qu’il serait favorable à ce que les États-Unis établissent des bases permanentes dans les pays de l’Est de l’OTAN, comme la Pologne et les pays baltes, afin de dissuader la Russie. Milley a déclaré qu’il était favorable à l’établissement de bases permanentes, mais a ajouté qu’il pensait que les forces américaines devraient y effectuer une rotation afin de créer une force de dissuasion sans avoir à supporter les coûts liés au déménagement de la famille, à la création d’écoles et à d’autres mesures requises lorsqu’une base américaine permanente est établie à l’étranger.

« Je crois que beaucoup de nos alliés européens, en particulier ceux qui se trouvent dans les pays baltes, en Pologne, en Roumanie ou ailleurs, sont très, très désireux d’établir des bases permanentes », a déclaré Milley. « Ils les construiront, ils les paieront, etc., pour que nous puissions les utiliser à tour de rôle. Ainsi, vous obtenez l’effet d’une présence permanente des forces, mais les soldats, marins, aviateurs ou marines ne sont pas stationnés de façon permanente pendant 2 ou 3 ans. »

M. Austin a déclaré que l’OTAN discute encore de la manière dont elle devrait renforcer sa présence permanente en Europe orientale. « Si l’OTAN juge qu’il est approprié de modifier son empreinte, nous y participerons certainement », a déclaré M. Austin.

Plusieurs républicains ont demandé à Milley et Austin si les États-Unis avaient échoué dans leurs efforts pour dissuader le président russe Vladimir Poutine d’attaquer l’Ukraine.

Milley a répondu qu’il ne pensait pas que Poutine aurait pu être dissuadé à moins que les forces américaines ne se soient déployées depuis l’Ukraine – un scénario qu’il aurait déconseillé s’il avait été proposé.

« Franchement, à moins d’engager des forces militaires américaines en Ukraine même, je ne suis pas sûr qu’il était possible de le dissuader. C’est un de ses objectifs à long terme qui remonte à des années », a déclaré Milley. « Je pense que l’idée de dissuader Poutine d’envahir l’Ukraine, de le dissuader par les États-Unis, aurait nécessité l’engagement de forces militaires américaines, et je pense que cela aurait risqué de créer un conflit armé avec la Russie, que je n’aurais certainement pas conseillé. »

Milley a noté que les sanctions « ont un très mauvais bilan en matière de dissuasion des agressions », mais a déclaré qu’elles ont réussi à imposer des coûts importants à la Russie pour son agression.

« L’objectif des sanctions est d’imposer des coûts importants en cas d’invasion, ces coûts importants, les sanctions combinées aux contrôles des exportations, brisent le dos de l’économie russe en ce moment même », a-t-il déclaré.

Austin a ensuite ajouté que si les États-Unis avaient « envoyé des forces en Ukraine pour combattre Poutine, l’histoire serait différente ».

« Mais nous avons pris la décision de ne pas le faire, pour les bonnes raisons, et je soutiens ces décisions », a déclaré M. Austin, ajoutant qu’il ne voulait pas spéculer sur ce que les dirigeants chinois pourraient extrapoler de ce qui s’est passé en Ukraine en ce qui concerne Taïwan.

Milley a défendu la politique de l’armée américaine exigeant que les troupes soient vaccinées contre le virus Covid-19 en réponse à plusieurs questions des républicains qui se demandaient si les membres du service devaient être renvoyés pour avoir refusé d’être vaccinés alors que les chiffres de recrutement de l’armée étaient en baisse.

Milley a fait remarquer que les militaires doivent recevoir de nombreux vaccins pour s’engager dans l’armée, comme le vaccin contre l’anthrax, et a déclaré que le vaccin Covid-19 contribuait à la préparation des forces.

Lors d’un moment passionné, Austin s’est disputé avec le représentant Matt Gaetz après que le républicain de Floride ait accusé le Pentagone d’être trop concentré sur le « wokeisme » et non sur la défense.

Austin a accusé Gaetz d’être « embarrassé pour son pays » en mettant en doute les capacités de l’armée américaine, et les deux hommes ont crié l’un sur l’autre à plusieurs reprises.

Gaetz a accusé le Pentagone de s’être « trompé » en prédisant que la Russie envahirait l’Ukraine en quelques jours et que les Talibans ne prendraient pas le contrôle de l’Afghanistan l’année dernière. « Vous avez totalement foiré ces appels et peut-être serions-nous plus performants si l’Université de la défense nationale travaillait en fait un peu plus sur la stratégie et un peu moins sur le wokeisme », a déclaré Gaetz.
« Vous est-il venu à l’esprit que la Russie n’a pas envahi l’Ukraine grâce à ce que nous avons fait et à ce que nos alliés ont fait ? » Austin a demandé. « Avez-vous jamais même pensé à cela ? »

Pour résumer ?

La meilleure question est celle de la fin qui porte sur les causes de l’invasion russe en Ukraine. Une vraie question, à laquelle il fallait répondre avant l’invasion et pas après ! Créer les conditions d’une paix durable est nettement plus difficile et demande nettement plus de sagesse que de se laisser aller sur les chemins de la facilité qui sont souvent ceux de la perdition et … ici, de la guerre.

Vous noterez également la baisse des recrutements dans l’armée. Il y a évidemment cette histoire de vaccination obligatoire pour les militaires au Covid, mais aussi, le fait que s’engager pour aller faire la guerre contre la Russie, ce n’est pas un programme hyper… engageant !

Il y a aussi la question soulevée à propos de la Chine qui a bien compris que les Etats-Unis ne vont pas mourir pour Taïwan ni risquer une guerre nucléaire pour une île qui est si loin… de quoi créer évidemment un précédent. La question sera pour la Chine de savoir si Taïwan vaut 3 500 milliards de dollars de réserves de change.

Enfin, vous noterez la volonté américaine de créer de nouvelles bases en Europe de l’Est pour y stationner des troupes dans le cadre de l’OTAN.

Bref, il n’y a dans ces déclarations rien de positif et rien permettant de dire que nous allons vers moins de tensions.

Au contraire.

Tic-tac, tic-tac…

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !


Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.