Macron : que retenir de son « rendez-vous avec la nation » ?

Emmanuel Macron a-t-il réussi son « rendez-vous avec la nation » ? Économie, immigration, santé, éducation, pouvoir d’achat… La conférence de presse du chef de l’État, mardi 16 janvier 2024, a rassemblé plus de 8,7 millions de Français. Après avoir vanté son bilan depuis son premier quinquennat, le président a multiplié les annonces. Voici les points clés à retenir de sa conférence de presse.

Axelle Ker
Par Axelle Ker Modifié le 17 janvier 2024 à 18h35
conférence de presse, Emmanuel Macron, janvier, 2024, éducation, santé, économie, plein-emploi, uniforme, drogue, service national universel, désert médicaux, immigration, sécurité, pouvoir d'achat

Priorité à l'éducation

L'éducation a été un point central de la conférence de presse d'Emmanuel Macron. Le président a confirmé l'expérimentation dans 100 établissements volontaires de l'uniforme, dont la généralisation est envisagée dès la rentrée 2026, si les résultats s'avèrent être probants. « L'uniforme (étant) un symbole d'égalité et de fraternité » pour reprendre les mots du président. En parallèle, le chef de l'État a annoncé un doublement des heures de cours au collège et au lycée d'éducation civique, affirmant que les jeunes doivent connaître les « textes fondateurs de la nation » pour forger un sentiment d'appartenance républicaine. La généralisation du service national universel dès la seconde est également à l'ordre du jour. Une mesure qui, selon le président, permettrait de recréer du lien et de pallier « l'oisiveté » dont une partie de la jeunesse serait emprise. Oisiveté qui, selon la grille de lecture du chef de l'État, expliquerait les émeutes de juin 2023, survenues, suite à la mort de Nahel, après à un refus d'obtempéré lors d'un contrôle de police. Cela est bien connu, lorsque des personnes manquent d'occupation, ils brûlent des voitures et pillent des magasins…

Autres mesures indiquées par Emmanuel Macron : l'introduction de cours de théâtre et de l'histoire de l'art obligatoires dans le secondaire ainsi que la mise en place d'une cérémonie de remise de diplôme pour le brevet des collèges. L'objectif étant de développer la confiance et la connaissance culturelle des élèves.  Le gouvernement Attal aura ainsi à charge de déterminer un cadre afin de « réguler les écrans » chez les jeunes. Sans donner de précision, cette initiative pourrait aboutir à la mise en place de restrictions et / ou interdictions de sites web ou applications pour une certaine tranche d'âge de la population.

Sécurité et démographie

Emmanuel Macron était attendu au tournant sur la question de la sécurité et de l'immigration. Ce dernier ne s'est pas attardé sur l'immigration, le chef de l'État s'est contenté de faire référence au projet de loi immigration qui a été votée en décembre 2023 ainsi qu'aux derniers textes votés au Parlement européen. Le chef de l'État a davantage mis l'accent sur la lutte contre la drogue, qui « se déploie, pas simplement dans les grandes villes, mais aussi dans des villes moyennes ». Le ministère de l'Intérieur aura ainsi la charge de doubler les effectifs des forces de police dans les rues et de mener a minima dix opérations par semaine « place nette » pour réduire le nombre de points de deal.

Outre les enjeux sécuritaires, le président a annoncé deux mesures pour relancer la natalité, dont le niveau est au plus bas depuis la Seconde guerre mondiale. La première concerne la création d'un congé de naissance qui a pour vocation de remplacer l'actuel congé parental. La durée de celui-ci sera de six mois, accessible aux deux parents et sa rémunération devrait être revalorisée. L'objectif ? Faciliter le retour à l'emploi des femmes devenues mères. En parallèle, le président a annoncé un grand plan de lutte contre l'infertilité. Un sujet « tabou » pour reprendre les termes d'Emmanuel Macron, et qui toucherait plus de 3 millions de Français. Pas de politique de natalité donc, une porte ouverte pour la GPA ? Le président n'y a pas fait référence. Toutefois, plusieurs éléments, tels que le dernier clip de prévention de la sécurité routière de la gendarmerie, semblent préparer les esprits en ce sens.

Santé

Pour lutter contre les déserts médicaux, Emmanuel Macron souhaite améliorer la coordination entre la médecine de ville, l'hôpital et les professions paramédicales. L'objectif est de décharger les médecins généralistes de certaines tâches afin de leur permettre de consacrer davantage de temps à leurs consultations, tout en renforçant le dispositif de téléconsultations. Une autre mesure concerne la régularisation des médecins étrangers diplômés hors de l'Union européenne (Padhue) et une revalorisation de leur salaire, dans le but de faire face à la pénurie de médecins généralistes et spécialistes. Enfin, le président a indiqué être favorable au doublement des franchises médicales sur les boites de médicaments, celles-ci passeraient ainsi à 1 euro. Cette mesure permettrait de générer près de 800 millions d'euros supplémentaires pour le système de santé chaque année, contribuant ainsi au respect du budget voté en fin d'année 2023.

Plein-emploi et pouvoir d'achat

Le président a demandé à son gouvernement de prendre des mesures visant à améliorer les revenus des Français « grâce au travail », en réexaminant nos dispositifs fiscaux et sociaux et en engageant des négociations dans certaines branches. Emmanuel Macron garde pour objectif le plein-emploi d'ici à 2027. En ce sens, il a réitéré le durcissement des règles en cas de refus d'une offre d'emploi et a plaidé en faveur d'un accompagnement plus efficace des personnes au chômage. Le chef de l'État a mis l'accent sur la nécessité de mettre en place des formations et des mesures de soutien à la recherche d'emploi, notamment en ce qui concerne le logement ou les transports. Concernant le pouvoir d'achat, le président a affirmé que des mesures seront mises en place afin d'alléger les classes moyennes de 2 milliards d'impôts d'ici à 2025.

Les prix de l'énergie sont aussi une grande source d'inquiétude pour les Français : les dernières déclarations du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, leur ont retiré tout espoir d'échapper à une nouvelle hausse. Le président ne l'a pas démenti. Il s'est voulu rassurant auprès des Français en indiquant que cette prochaine augmentation serait « substantiellement inférieure » à celles des autres pays de l'UE. Celle-ci ne sera probablement pas inférieure à 10 %, ce qui porterait la hausse des prix de l'électricité à +35 % sur les trois dernières années.

Une cérémonie d'hommage pour les victimes du Hamas

Le président a annoncé une cérémonie d'hommage pour les victimes de l'organisation terroriste, le Hamas, du 7 octobre 2023. Celle-ci se tiendra aux Invalides le 7 février 2024.

Un rendez-vous manqué pour l'opposition

Sans grande surprise, la conférence de presse du président a reçu un accueil plus que mitigé de la part de la classe politique. Il faut dire que le président a multiplié les annonces sans pour autant donner de précisions sur leur mise en œuvre. Les premières critiques sont allées jusqu'au slogan même de l'allocution présidentielle : « Pour que la France reste la France », emprunté à la droite de l'échiquier. « Macron cite ce soir Zemmour. L'extrême droite au plus haut niveau de l'État » a ainsi vilipendé le député LFI Thomas Porte sur X (ex-Twitter). Marine Tondelier, secrétaire nationale d'EELV, a quant à elle qualifié le discours de Macron de « technocrate réactionnaire », l'accusant d'avoir éludé des sujets essentiels tels que la crise écologique et le logement.

À droite, c'est plutôt le manque d'ambition et une vision à court terme qui ont été pointés du doigt. La députée du Rassemblement national, Laure Lavalette, a estimé que la conférence de presse d'Emmanuel Macron n'a été autre qu'un « grand lapin posé à la nation ». Marine Le Pen a pour sa part qualifié l'intervention du chef de l'État comme d'un « bavardage interminable sans solutions aux problèmes des Français ».

Axelle Ker

Diplômée en sciences politiques et relations internationales, journaliste chez Économie Matin & Politique Matin depuis septembre 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Macron : que retenir de son « rendez-vous avec la nation » ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis