Racisme en vacances : 1 établissement sur 6 discrimine

Alors que les vacances d’été battent leur plein, une ombre plane sur certains établissements touristiques français. Derrière les parasols et les pistes de danse, le racisme ordinaire persiste. SOS Racisme, ONG luttant contre les discriminations et le racisme, a réalisé son annuel testing. Et les résultats ne sont pas fameux.

Cropped Favicon.png
Par Paolo Garoscio Modifié le 26 juillet 2023 à 10h26
Sos Racisme Discrimination Vacances Etablissements France Sanctions

SOS Racisme dévoile la réalité des discriminations

L'association SOS Racisme a organisé une opération de "testing" dans une cinquantaine d'établissements touristiques à travers la France le week-end du 22 juillet 2023. Les résultats sont troublants : un établissement sur six se rend coupable de discrimination basée sur l'origine des clients. Ces discriminations se manifestent par des refus d'entrée dans des restaurants, des accueils froids dans des bars, ou encore des placements désavantageux sur des plages privées.

Le modus operandi de l'opération était simple mais efficace. Des binômes homme/femme, racisés ou non, ont testé 56 établissements dans diverses stations balnéaires et villes touristiques, dont La Baule, Le Touquet, Ouistreham, ou encore Juan-les-Pins. Les résultats montrent que l'accueil réservé varie considérablement selon l'origine perçue des clients. Les prétextes fallacieux tels que « il fallait réserver » ou « vous n'avez pas l'âge de notre clientèle » sont couramment utilisés pour justifier ces discriminations.

L'Hérault, un point chaud de la discrimination

L'Hérault, en particulier, a été identifié comme une région particulièrement problématique. À Palavas-les-Flots, la Grande-Motte et Montpellier, un tiers des établissements testés se sont rendus coupables de discrimination raciale. Dans certains cas, les personnes noires ou arabes étaient placées beaucoup plus loin du front de mer que les personnes blanches sur des plages privées.

Face à ces constatations, SOS Racisme appelle à une prise de conscience collective. L'association demande aux pouvoirs publics une reconnaissance et une action contre ce racisme ordinaire. Des sanctions adéquates sont réclamées, ainsi qu'une sensibilisation accrue pour lutter contre ces comportements discriminatoires.

SOS Racisme demande des sanctions

SOS Racisme ne se contente pas de pointer du doigt ces pratiques. L'association demande des fermetures administratives pour les établissements coupables de discriminations avérées. Elle plaide également pour des campagnes de sensibilisation sur le racisme ordinaire dans les lieux de vacances, avec des affichages visibles.

Sur le plan judiciaire, une meilleure prise en compte des discriminations raciales est nécessaire. SOS Racisme souhaite voir des référents dédiés à la lutte contre le racisme et les discriminations raciales dans chaque tribunal. De même, l'association appelle à la création de « brigades spéciales » au sein des services enquêteurs, spécifiquement formées pour traiter ces sujets.

Cropped Favicon.png

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Racisme en vacances : 1 établissement sur 6 discrimine»

Laisser un commentaire

* Champs requis