Taxer les rentes, l’idée du gouvernement pour éponger le déficit

Alors que le déficit public reste un défi de taille et que la fiscalité pèse déjà lourdement sur les Français, le gouvernement, sous l’impulsion de Gabriel Attal, propose une mesure audacieuse : la taxation de certaines rentes. Bruno Le Maire, soutenant cette démarche, précise qu’il ne s’agit pas d’une augmentation des impôts mais plutôt d’une redistribution plus équitable des responsabilités fiscales.

Adelaide Motte
Par Adélaïde Motte Publié le 3 avril 2024 à 18h55
Rentes

Les "rentes" dans le viseur gouvernemental

La clarification des rentes visées par cette proposition a suscité de vives réactions. Ainsi, l'épargne personnelle des Français, notamment le Livret A ou l'assurance-vie, n'est pas concernée. En revanche, les multipropriétaires fonciers et les gros investisseurs semblent être les cibles privilégiées de cette mesure. Cette distinction souligne la volonté du gouvernement de frapper les bénéfices jugés excessifs ou non mérités, sans impacter le fruit du travail et de l'épargne des citoyens ordinaires.

Gabriel Attal et Bruno Le Maire mettent en avant le besoin de réduire le déficit, tout en protégeant les classes moyennes et les travailleurs. Toutefois, il est probable que lesdits rentiers répercutent cette nouvelle taxe sur ceux qui profitent de leurs biens. Ainsi, les multi-propriétaires pourraient bien augmenter les loyers demandés, rendant le marché de l'immobilier plus tendu ou diminuant le reste-à-vivre des locataires.

Une réforme attendue avec prudence

En ciblant spécifiquement les rentes jugées injustes, le gouvernement espère alléger la pression sur les contribuables ordinaires, tout en faisant contribuer de manière plus significative les hauts revenus et les grandes fortunes. Outre le danger qu'il peut y avoir à considérer un revenu comme juste ou injuste, on voit mal comment le gouvernement pourrait garantir que la pression de la taxe ne sera pas in fine subie par les classes moyennes.

Cette proposition soulève également des questions quant à sa mise en œuvre et à ses conséquences à long terme. Les critères de définition des "rentes" taxables, le calcul de ces taxes et leur impact sur l'investissement et l'économie plus largement seront des sujets de débats intenses. Les Français, tout en étant généralement favorables à une fiscalité plus équitable, attendront de voir comment ces mesures se traduiront concrètement, et quelles seront les répercussions pour leur propre portefeuille.

Adelaide Motte

Diplômée en géopolitique, Adélaïde a travaillé comme chargée d'études dans un think-tank avant de rejoindre Economie Matin en 2023.

Suivez-nous sur Google News PolitiqueMatin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

1 commentaire on «Taxer les rentes, l’idée du gouvernement pour éponger le déficit»

  • C’est une honte
    C’est le fruit d’une vie pour les petits retraités…

    Répondre
Laisser un commentaire

* Champs requis