Fermeture du centre de vaccination du VIIe et insalubrité parisienne. Le 18h du 6 avril 2021 de PolitiqueMatin.fr

400
Le centre de vaccination de Rachida Dati réalise 400 vaccinations par
jour.

Fermeture du centre de vaccination du VIIe et insalubrité parisienne. Retour sur l'actualité politique du mardi 6 avril 2021.

Fermeture de son centre de vaccination : Dati dénonce l'incohérence d'Hidalgo

La maire de Paris a pris la décision de saisir le préfet de Paris pour faire fermer le centre de vaccination géré par la maire du VIIe, Rachida Dati. Un centre qui avait pour vocation de vacciner l'ensemble des enseignants et personnels des établissements scolaires, quel que soit leur âge. Une initiative qui a déplu à Anne Hidalgo mais également au gouvernement.

La décision de la maire de Paris, n'a pas plu à Rachida Dati qui déclarait dans une interview donnée au Point . « On ne peut pas éternellement alterner entre couvre-feux et confinements. Aujourd'hui, la seule véritable stratégie de sortie de crise, c'est la vaccination », ajoutant que son centre permettait 400 vaccinations quotidiennes.

Rachida Dati a également dénoncé le comportement de la maire de Paris et de ses équipes : « Rien n'est géré au niveau de l'ensemble de Paris, tant par incompétence que par cynisme, pour faire porter la responsabilité des dysfonctionnements sur le gouvernement ».

Anne Hidalgo face aux critiques sur la propreté de la capitale

L'édile de Paris est dans la tourmente. Depuis quelques jours, le hashtag #SaccageParis a fleuri sur Internet pour dénoncer la saleté des rues de la capitale, photos à l'appui. Des critiques auxquelles Anne Hidalgo a décidé de répondre, dénonçant « une campagne de dénigrement », reconnaissant cependant que la capitale connaissait un problème de propreté.

Durant le week-end de Pâques, l'opposition de droite a sauté sur l'occasion de mettre en avant les ratés d'Anne Hidalgo. « Face au déni de réalité de l'équipe municipale, nous exigeons la tenue immédiate d'un Conseil de Paris exceptionnel consacré aux problèmes de propreté et de salubrité à Paris », a notamment déclaré Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement.

En Marche fête ses 5 ans

Le parti présidentiel fête, ce mardi 6 avril 2021, son cinquième anniversaire. Le 6 avril 2016, celui qui est aujourd'hui président de la République lançait son parti En Marche. « J'ai décidé qu'on allait créer un mouvement politique, un mouvement politique qui ne sera pas à droite, qui ne sera pas à gauche », déclarait alors le ministre de l'Économie de François Hollande.

Ironie du sort, Emmanuel Macron poursuivait : « Ce n'est pas un mouvement pour avoir un énième candidat de plus à la présidentielle, ce n'est pas ma priorité aujourd'hui ». Cinq ans plus tard, celui qui ne voulait pas être président l'est devenu et son parti a évolué devenant La République en Marche.

Gérald Darmanin : « Les ennemis de la République ne peuvent plus vivre en France »

Invité sur Europe 1, mardi 6 avril 2021, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a une nouvelle fois dénoncé le financement de la mosquée de Strasbourg, soutenue par une association pro-Turquie, Millî Görüs. Il a estimé que cette dernière est un « ennemi de la République ».

Face à ces associations, une seule solution selon le ministre de l'Intérieur : « Nous pourrons dissoudre ou suspendre ces associations. L'objectif est que les ennemis de la République ne puissent plus continuer à vivre en France ».


Quitterie Desjobert

Journaliste économique et politique